Chargement lecteur vidéo ...

Quelque 300 véhicules défilent à Bruxelles pour protester contre la politique de mobilité

Environ 300 taxis, voitures de particuliers et motos ont manifesté jeudi contre la politique de mobilité mise en œuvre par la région bruxelloise. La délégation portant les revendications des manifestants est ressortie "déçue" vers 13h15 de sa rencontre avec le ministre-président Rudi Vervoort et la ministre de la mobilité Elke Van den Brandt. La Fédération belge des Taxis (FeBeT), à l'initiative de la manifestation, a annoncé son intention d'organiser des actions sauvages en réponse. Les chauffeurs de taxis doivent encore être consultés sur cette question.

Les véhicules étaient appelés à se rassembler dans les alentours de la gare du Nord à compter de 09h30. Le cortège est parti à grands coups de klaxons vers 11h00 pour se rendre au cabinet de Rudi Vervoort, boulevard du Régent. Il a généré des embarras de circulation sur son passage, notamment sur la petite ceinture.    

La délégation a été reçue de 12h00 à 13h15 environ. La ministre Elke Van den Brandt a refusé que le président de Mauto Défense, Lucien Beckers, ne se joigne à la rencontre, au prétexte des menaces proférées à son encontre, mais un administrateur de l'association a finalement pu prendre part à la réunion. Lucien Beckers assure ne pas voir de quel incident elle fait référence. "Le leitmotiv de notre manifestation était la concertation, " souligne-t-il.

"On nous a exposé l'accord du gouvernement et les engagements en matière de mobilité, puis on nous a dit qu'on allait être rappelés et concertés, mais sans nous donner d'agenda", déplore Khalid Ed-Denguir, président de la FeBeT.

"On a parlé de la limitation généralisée à 30 km/h, mais la ministre a avancé le risque d'accidents. Notre remarque sur le fait qu'on devait aussi rouler à 30 km/h la nuit et au petit matin est restée sans réponse. Pour le problème des amendes données aux taxis par les 'scancars' de parking.brussels, alors que les voitures partagées ont une carte spéciale, on n'a pas reçu l'assurance que les taxis vont bénéficier d'une exception. Pour les Uber, j'ai relevé qu'aucun véhicule n'avait encore été saisi, en application de la loi, et ils ne vont pas le faire d'ici juillet, jusqu'au plan Taxi promis pour l'été."     

Les plus consultés