La Flandre sera partagée en 17 régions, "pour plus de transparence et d’efficacité"

Le gouvernement flamand s'est accordé ce vendredi sur le partage de la Flandre en 17 (sous-)régions administratives, a confirmé le cabinet du ministre-président Jan Jambon (photo). Le but est de se débarrasser de l’actuelle fragmentation administrative, la Région flamande comptant actuellement pas moins de 2.200 partenariats locaux. "Un édredon où les citoyens, les entreprises, les associations et les dirigeants se perdent", explique le gouvernement flamand.

Le ministre flamand de l'Intérieur Bart Somers (Open VLD) voulait initialement subdiviser la Flandre en treize régions de référence. L'objectif de cette répartition est de contrer la fragmentation administrative et de mettre fin au fouillis des collaborations locales entre des intercommunales de déchets, des zones de police, des zones d'assistance, notamment.

Au cours des dernières semaines, des critiques ont fusé de toutes parts, notamment de la part de plusieurs gouverneurs de province et de bourgmestres. Il y avait également des divergences de vue au sein du gouvernement flamand sur ce dossier politiquement sensible.

Le partenaire de coalition CD&V s'est ainsi opposé à la division de la Flandre occidentale en trois régions. Celle du Limbourg a également été très difficile, et cette semaine encore, elle s'est heurtée à un "non" des partenaires sociaux. Finalement ce vendredi, la décision a été prise de diviser la Flandre occidentale en cinq régions et le Limbourg en trois. Cela porte à dix-sept le nombre total de régions en Flandre.

L'objectif est que les municipalités n'établissent plus elles-mêmes des partenariats au-delà de ces nouvelles limites régionales. Les régions elles-mêmes peuvent conclure des partenariats entre elles. Les municipalités auront maintenant dix ans pour adapter leurs accords de coopération à la nouvelle réalité.

Les plus consultés