Frank Vandenbroucke regrette la réaction en chaîne européenne à propos du vaccin AstraZeneca

Le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (SP.A) regrette la "réaction en chaîne" en Europe qui a fait qu’un pays après l'autre a décidé de suspendre temporairement la vaccination avec le vaccin d'AstraZeneca. "Cette réaction n'est pas une bonne chose. Je l'ai dit au conseil européen des ministres de la santé" a-t-il déclaré devant les députés.

Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke s'est vu poser quatre-vingts questions sur le coronavirus en commission parlementaire de la Santé. Le ministre a fait référence à l'agitation suscitée par le vaccin contre le coronavirus de la société britannico-suédoise AstraZeneca : plusieurs pays européens ont décidé la semaine dernière d'arrêter temporairement la vaccination avec ce vaccin après plusieurs rapports faisant état de thromboses après la vaccination.

La Belgique continue de vacciner avec AstraZeneca. "Je pense que nous avons pris la bonne décision", a déclaré Frank Vandenbroucke à la Chambre mardi. Il faisait notamment référence à l'évaluation de l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui a souligné lors d'une conférence de presse mardi après-midi que, pour l'instant, rien n'indique que le vaccin soit à l'origine des caillots sanguins. L'agence du médicament reste convaincue que les avantages du vaccin sont plus importants que le risque d'effets secondaires, a déclaré la directrice de l’Agence européenne Emer Cooke.
 

Le risque de thrombose et d'embolie pulmonaire est beaucoup plus élevé en cas de contamination par le coronavirus

Les chiffres semblent également donner raison à la Belgique. Sur les 17 millions de personnes ayant reçu une dose du vaccin contre la Covid-19 développé par Astrazeneca en Europe et au Royaume-Uni, seuls 15 ont développé une Thrombose veineuse profonde (DVT) et 22 une embolie pulmonaire (PE), soit 0,0002% de cas, a rappelé mardi Frank Vandenbroucke. C'est moins que les 0,009% craints au départ. 

En outre, le risque de thrombose et d'embolie pulmonaire est beaucoup plus élevé en cas de contamination par le coronavirus, a déclaré le ministre. Selon une étude récente, un cinquième des patients atteints de coronavirus sont concernés.

"Nous avons suivi un avis très clair du sous-groupe spécialisé du Conseil Supérieur de la Santé (CSS). Sur base de cet avis, nous avons décidé de maintenir la vaccination. Et c'est toujours la position de l'agence européenne des médicaments. La balance de risque impose de continuer la campagne de vaccination." De manière générale, "un événement thrombo-embolique est une pathologie fréquente", a développé Frank Vandenbroucke. "Chaque année en Europe, on recense 44 événements par 100.000 habitants chez les 18-24 ans et 2.055 cas par 100.000 habitants chez les plus de 80 ans.

Six cas rapportés en Belgique

"En Belgique, 6 cas d'événements thrombo-emboliques survenus après la vaccination ont été rapportés", a poursuivi le ministre. "Il nous faut rapporter ces données au niveau européen pour faire un bilan concret." "Mais la thrombose est une pathologie fréquente pour des patients covid", a-t-il ajouté. "Selon une étude récente, 21% des personnes qui ont eu la covid ont connu une complication thrombo-embolique. La covid est un vrai danger! Et le vaccin protège contre ce danger", a-t-il conclu.

Frank Vandenbroucke regrette la réaction en chaîne par laquelle un pays européen après l'autre a suspendu la vaccination avec AstraZeneca. "Pour nous, il est extrêmement important que les vaccins soient sûrs, et que les données sur les effets secondaires soient collectées et évaluées au niveau européen. Je regrette que le processus décisionnel européen se déroule maintenant dans une sorte de réaction en chaîne." Le ministre a également fait part de cette frustration mardi lors du conseil informel des ministres européens de la santé, a-t-il déclaré. "Nous aurions dû décider ensemble sur la base de données très précises, or cela a fait défaut. Je l'ai dit au Conseil ce matin."
L'Agence européenne des médicaments prévoit de présenter ses conclusions finales ce jeudi.

 

Les plus consultés