Jambon et les bourgmestres de la Côte continuent de plaider pour une réouverture des terrasses à Pâques

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) continue de plaider pour la réouverture des terrasses horeca lors des vacances de Pâques. "Il faut cependant que cette mesure fasse consensus avec les autres gouvernements", a-t-il indiqué mercredi sur Radio 1 (VRT). De leur côté, les bourgmestres des communes côtières insistent pour obtenir une autorisation. Ils estiment que la mesure est nécessaire pour disperser les touristes.

Face à la remontée des chiffres de contamination, le ministre fédéral de la Santé Franck Vandebroucke (SP.A) se veut prudent au sujet de la réouverture des terrasses. La N-VA aimerait pour sa part qu'elles soient déjà rouvertes pour les vacances de Pâques, qui commenceront le 3 avril. 

Lors du dernier CodeCo, il avait toutefois été décidé d'une réouverture au 1er mai seulement. Pour Jan Jambon, permettre les terrasses dès Pâques serait toutefois "une bonne idée". "A Pâques, il fera peut-être beau. Les gens peuvent à présent sortir à dix. Ils vont donc occuper les places et les parcs. Va-t-on à chaque fois envoyer la police pour vérifier? Il serait mieux d'assurer un accompagnement. Des terrasses avec quatre personnes, bien organisées, avec désinfection et respect des distances, ce serait mieux. Les gens vont de toute façon sortir", estime le ministre-président flamand.

Jan Jambon veut toutefois un "consensus" des différents gouvernements sur cette question. D’après lui, la question doit être abordée lors du Comité de concertation (CodeCo) du 26 mars. "En ce qui me concerne, mais il faut continuer à surveiller les chiffes de contamination chaque jour, les assouplissements prévus en avril ne sont pas menacés. Mais il faut toujours être prudent dans cette pandémie", a-t-il encore indiqué. 

"Une mesure pour disperser les touristes"

Mardi, le président des bourgmestres de la Côte a indiqué que ses collègues allait insister pour obtenir une autorisation de l'ouverture des terrasses lors des vacances. 

Les bourgmestres estiment la mesure nécessaire pour disperser les touristes. Ils réclament également qu'il soit permis aux bars de plage de vendre des consommations à condition qu'elles ne soient pas consommées sur place, ce qui fait actuellement l'objet d'un arrêté provincial d'interdiction.

Après avoir évoqué la situation ensemble, les maïeurs du littoral demandent davantage de tolérance pour les terrasses, sans perte de soutien financier le cas échéant. Ils réclament aussi davantage de moyens pour compenser les mesures supplémentaires à mettre en place, notamment en matière de signalisation, de surveillance ou encore de propreté.

Enfin, les bourgmestres appellent le fédéral et la SNCB à réguler les voyages vers la côte durant les prochaines vacances. Les doléances vont être consignées et transmises au Comité de concertation.

Les plus consultés