Foto Kurt

L’évêque d’Anvers a honte de la position du Vatican considérant l’homosexualité comme un péché

Dans un billet d’opinion publié ce mercredi dans le quotidien De Standaard, Johan Bonny présente ses excuses aux couples homosexuels après la nouvelle prise de position du Vatican sur l'homosexualité. Le fait que l'Eglise catholique qualifie l'homosexualité de "péché" est difficile à accepter pour l’évêque d’Anvers.

"Je tiens à présenter mes excuses auprès de tous ceux pour qui c’est douloureux et incompréhensible : les couples homosexuels religieux et catholiques, les parents et grands-parents de couples homosexuels et leurs enfants, le personnel pastoral et les conseillers de couples homosexuels », explique-t-il dans De Standaard. "Leur douleur pour l'Église est la mienne aujourd'hui."

Le Vatican a réaffirmé lundi la doctrine de l'Église catholique considérant l'homosexualité comme un "péché" et confirmé l'impossibilité pour les couples de même sexe de recevoir les sacrements du mariage, réservés à "l'union indissoluble entre un homme et une femme".

L'institution du Vatican chargée de dire et préserver le dogme catholique, la Congrégation pour la doctrine de la foi, a publié une réponse à la question: "L'église dispose-t-elle du pouvoir de bénir des unions de personnes du même sexe? " "Non", a tranché la congrégation dans son document, signé par le cardinal Luis Ladaria, préfet de ce puissant office.

Le synode de 2015 très différent

Johan Bonny avait participé à un synode (assemblée de l'église) sur la famille en 2015. Aujourd'hui la réponse est non, "avec des arguments qui, à mon avis, n'ont pas de sens". "Je suis en colère et j'ai honte", a déclaré Johan Bonny ce mercredi matin dans "De ochtend" sur Radio 1 (VRT).
"Le contraste avec le synode auquel j'ai participé est très grand. Il y avait clairement une tendance différente au sein de la majorité."
 

Un péché ?

L'utilisation du terme "péché" est particulièrement douloureux pour Johan Bonny. "Ce concept même a toujours été un concept traitée de manière très nuancée dans la théorie morale catholique classique. La façon dont ils gèrent la situation aujourd'hui est bien en deçà."

"Il faut tenir compte de qui sont ces gens. Pour commettre un péché, il faut commettre intentionnellement, sciemment et volontairement un acte mauvais. Or, ce n'est ni l'intention ni la conséquence de l'homosexualité. C’est indigne de notre théorie morale," estime encore l’évêque d’Anvers.
 

À la lumière de mes responsabilités, je n'avais pas d'autre choix que de réagir.

"C'est également regrettable pour l'Église", conclut-il dans son article d'opinion. "Cette réponse n'est pas un exemple de la manière dont nous pouvons parcourir un chemin ensemble". Johan Bonny craint-il une sanction du Vatican après son article d'opinion ? 

"Nous verrons cela alors. À certains moments, il faut prendre ses responsabilités. En tant qu'évêque d'Anvers, je suis responsable de la crédibilité de l'épiscopat catholique dans notre pays. À la lumière de cette responsabilité, je n'avais pas d'autre choix que de réagir."
 

Les plus consultés