De Croo rassemble le Comité de concertation une semaine plus tôt que prévu

Le Premier ministre Alexander De Croo (photo) a décidé d'organiser un Comité de concertation par visioconférence ce vendredi 19 mars à 15h. C’est ce qu’a annoncé son cabinet ce jeudi et c’est une semaine plus tôt que le vendredi 26 mars prévu initialement. En cause, la remontée du nombre d’hospitalisations et de patients séjournant aux soins intensifs, mais aussi plus de 3.000 nouvelles contaminations quotidiennes au coronavirus.

Les chiffres des hospitalisations sont stables sur les trois derniers jours (206 selon le dernier rapport Sciensano). Ce vendredi, les chiffres sur les contaminations (de mardi) seront disponibles et détermineront la discussion, a précisé le cabinet du Premier ministre. Le prochain Comité de concertation devait initialement se tenir le 26 mars, mais l'augmentation des contaminations au Covid-19 a incité les autorités à anticiper cette réunion entre le fédéral et les entités fédérées.

La fermeture des écoles ou le prolongement des vacances de Pâques ne devraient pas être à l'ordre du jour, a confirmé le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts. Par contre, les élèves de 5e et 6e primaires devront porter le masque buccal en classe, et le retour des 3e et 4e secondaires en classe à temps plein est reporté au lendemain de la fin de ces vacances de printemps.

De son côté, la ministre francophone de l'Éducation Caroline Désir soumettra ce vendredi aux acteurs de l'école francophone l'idée de reporter le retour à 100% en présentiel des 3e et 4e secondaires au 19 avril prochain, comme cela a été décidé en Flandre.

Sauver les perspectives dans les écoles et l'horeca

Le gouvernement veut tout mettre en œuvre pour conserver les perspectives ouvertes la semaine passée pour les écoles et l'horeca, ont assuré ce jeudi devant la Chambre le Premier ministre Alexander De Croo et le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

"Notre pays est sur un plateau ascendant", a expliqué le chef du gouvernement en réponse aux questions des députés. Les modèles scientifiques prévoyaient une augmentation des hospitalisations et ensuite une diminution. Mais l'augmentation, attendue fin mars, se produit plus tôt que prévu. Le gouvernement s'inquiète particulièrement de la croissance des cas chez les moins de 20 ans qui mène de facto à celle des hospitalisations dans la génération de leurs parents.

"Dans les prochains jours, nous devons être particulièrement prudents", a souligné Alexander De Croo. Les chiffres sont à l'étude. Un comité ministériel restreint fédéral devait se réunir en fin de journée. "Ce sont les chiffres qui doivent nous aider à prendre des décisions et non les émotions ou la panique", a ajouté De Croo. Les lieux où le nombre de foyers de contamination inquiète sont les entreprises et les écoles. Le Premier ministre et le ministre de l'Emploi ont rencontré mardi les employeurs pour leur rappeler que le télétravail était la règle.

Le cadre réglementaire sera adapté de manière à permettre de tester plus facilement dans les entreprises et à développer les autotests, a indiqué Frank Vandenbroucke. Aux yeux du ministre de la Santé, il faudra aussi fournir un effort particulier de mobilisation. Les données disponibles montrent que dans les provinces de Hainaut et de Liège, très peu de personnes se font tester.

Pour inverser la tendance à la hausse, le virologue Steven Van Gucht a fait savoir ce jeudi qu'une recommandation d'activation du plan B a été émise par le Risk Assessment Group. "Le plan B contient un certain nombre de renforcements sur lesquels on peut s'appuyer", mais il revient au Comité de concertation de trancher sur la question, a souligné le virologue.

Les plus consultés