fotografie peter Hilz (C)

Des policiers bruxellois en civil mènent une première opération contre le harcèlement de rue

La zone de police Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode) a mené une première opération contre le harcèlement de rue mercredi dans le quartier de la gare du Nord. Aucun comportement rencontrant les éléments constitutifs d'une infraction et nécessitant la rédaction de procès-verbaux n'a été constaté, mais les policiers ont sensibilisé à plusieurs reprises des auteurs de remarques, a indiqué à l'issue de l'opération la police locale.

Une policière et deux policiers ont patrouillé en civil avec l'objectif d'identifier des auteurs sur base de flagrants délits. Si une remarque déplacée était faite à la policière, elle avait pour consigne de continuer son chemin et de laisser l'équipe d'appui interpeller l'auteur.

Les policiers ont notamment arpenté les rues de Brabant, Allard et d'Aarschot, les places Liedts, Rogier et du Nord ainsi que les parcs Gaucheret et Botanique.

La zone de police Bruxelles-Nord a adapté un modèle d'opérations développées par la police de Liège. Cet échange de bonnes pratiques a été réalisé à travers le réseau de police "Intersection". 

"Les victimes hésitent à déposer plainte"

L'opération se fonde sur la loi contre le harcèlement de rue de 2014, qui vise à punir les injures, regards et gestes obscènes, agressions ou tentatives d'agression sexuelle, attouchements et filatures dans un espace public ou semi-public.

Le commissaire divisionnaire Frédéric Dauphin, chef de corps de la police locale de Bruxelles-Nord observe que "souvent, les victimes hésitent à déposer plainte. C'est particulièrement le cas lorsque les faits de harcèlement ne se traduisent pas par des violences physiques".

Plusieurs pistes d'améliorations ont d'ores et déjà été identifiées par les policiers pour les prochaines éditions. 

Les plus consultés