Chargement lecteur vidéo ...

La ministre de l’Intérieur se rend à Liège pour apporter son soutien aux policiers blessés lors des émeutes

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden s'est rendue à Liège ce mercredi. Elle a rencontré les policiers blessés lors des émeutes survenues samedi dernier dans le centre-ville et a annoncé qu'elle allait intégrer la Ville à un groupe de travail afin de former les agents des forces de l'ordre aux nouvelles formes de protestation qui ont émergé ces dernières années.

"Je suis venue apporter mon soutien aux agents. On ne peut pas accepter ce qui s'est passé", a déclaré la ministre, consciente des risques que représentent les appels à manifester lancés sur Internet. "Ces derniers n'ont ni leader ni personne de contact et les participants sont mobilisés via les réseaux sociaux. Par conséquent, il est souvent difficile pour la police de pouvoir évaluer tous les risques".

L'utilisation de certaines messageries cryptées, comme Telegram, rend également l'accès aux informations difficile, y compris pour les enquêteurs. Les manifestations sont par ailleurs souvent spontanées et mobilisent un plus grand nombre de personnes. Pour les forces de l'ordre, il devient dès lors compliqué d'estimer le nombre de participants et la façon dont ils se comporteront. 

"New way of protesting"

L'absence de concertation entre les organisateurs de ce type de rassemblements et la police accentue encore ces difficultés. C'est pourquoi la ministre a décidé d'intégrer la Ville à un groupe de travail baptisé "New way of protesting" visant à développer une nouvelle approche policière pour faire face à ces nouvelles formes de protestation.

Lancé en février dernier, il est codirigé par la police fédérale et la zone de Bruxelles-Capitale Ixelles. Y sont abordées les questions liées à la collecte d'informations, dont le monitoring des réseaux sociaux, les relations entre les jeunes et la police, le suivi judiciaire opéré avec le parquet et les moyens à investir pour former davantage les policiers, par exemple à l'utilisation de gaz lacrymogènes, ou dans des caméras de sécurité. 

Les plus consultés