Chargement lecteur vidéo ...

La galerie Horta propose une immersion dans l'œuvre de Gustav Klimt

Dès ce mercredi 24 mars et jusqu’au 5 septembre, le public peut découvrir l'exposition "Gustav Klimt, The Immersive Experience" dans la galerie Horta à Bruxelles, sous la gare centrale. Aucune des œuvres du peintre viennois (1862-1918) n’est présente. C’est la réalité virtuelle qui recrée une expérience totale, avec du son, de la vidéo et des images en 3D.

Les visiteurs sont amenés à cheminer à travers les œuvres du peintre autrichien projetées en trois dimensions et parsemées d'effets divers. Des casques de réalité virtuelle leur ouvrent la possibilité de vivre d'autres expériences singulières créées par la société brabançonne "ActiveMe".

"L’objectif était de balayer toutes les périodes artistiques de Gustav Klimt", commente Mario Iacampo, directeur de l'entreprise bruxelloise Exhibition Hub, spécialisée dans la conception et la production d’expositions immersives. Les œuvres phares de Gustav Klimt, comme "Le Baiser", sont bien évidemment présentes, mais l'exposition s'attarde aussi à faire découvrir d'autres peintures et croquis, ou encore à mettre en exergue ses décors dorés et des éléments végétaux issus de ses tableaux.

S'il est connu comme la figure de proue de l'Art Nouveau à la fin du XIXe siècle, "jusqu’à ses 35 ans, Gustav Klimt était peintre et décorateur de bâtiments", remarque Orphée Cataldo, directeur artistique de la société de production vidéo Dirty Monitor, chargé de donner vie à la grande salle immersive de l’exposition. "C’est l’époque du néoclassique viennois. La ville connaît de nombreuses transformations auxquelles le futur maître va beaucoup contribuer".

Il ajoute que l'exposition a pour cette raison était conçue sous l'angle de l'architecture "en reconstituant les grands monuments sur lesquels il a œuvré, qui apparaissent successivement de manière mécanique ou holographique, et en mettant en avant son travail de décorateur, qui influencera par la suite sa peinture".

La société de production vidéo carolorégienne "Dirty Monitor" a conçu l'animation de la salle immersive de l'exposition. "Beaucoup de reconstitutions en 3D de bâtiments sur lesquels Klimt a travaillé, de l'animation 3D, de l'animation 2D, des guides en dessins animés" mèneront les pas des visiteurs, selon les organisateurs de l'exposition.

La société brabançonne "ActiveMe" s'est chargée, quant à elle, de créer - grâce au casque de réalité virtuelle - une expérience VR au public. "Au total, nous avons sélectionné sept scènes, pour une expérience d'une dizaine de minutes. Le spectateur entre littéralement dans la peinture et voit évoluer autour de lui des éléments et des symboles qui vont guider la narration", indiquent les organisateurs.

Et Mario Iacampo de conclure : "Les musées évoluent. Les arts numériques seront de plus en plus ajoutés aux expositions". 

Plus de détails sur www.expo-klimt.be 

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés