Deux universités cherchent des Belges prêts à signaler des symptômes de maladies infectieuses

Les universités de Hasselt et d'Anvers prennent part à un projet européen visant à répertorier en détail la propagation des maladies infectieuses. Pour mettre en place cet outil à l'échelle belge, l'équipe de recherche lance un appel aux Belges pour qu'ils lui signalent une fois par semaine s'ils souffrent de symptômes.

L'épidémie de coronavirus a prouvé qu'une maladie infectieuse pouvait se propager à grande échelle très rapidement, certainement lorsque les personnes contaminées affichent des symptômes modérés. Il est dès lors important de pouvoir suivre de près la propagation d'une telle maladie pour pouvoir prendre les mesures nécessaires à temps.

Dans le cadre du projet SIMID (pour Simulation Models of Infectious Diseases), les universités d'Anvers et de Hasselt (Limbourg) travaillent depuis 2006 sur la modélisation de la propagation de maladies infectieuses. Pour leur nouvel outil, baptisé "Infectieradar" (radar des infections), les scientifiques ont besoin que les habitants leur signalent une fois par semaine, en ligne, s'ils ont de la fièvre ou présentent des symptômes tels que des maux de tête ou de gorge. Ceux qui ne présentent aucun symptôme sont aussi invités à le mentionner.

"Avec le coronavirus par exemple, nous pouvons dresser un tableau solide de sa propagation dans le pays sur la base de données provenant notamment des médecins généralistes. Si les Belges eux-mêmes renseignaient aussi des informations pertinentes, nous pourrions surveiller le virus encore plus étroitement", explique le professeur Niel Hens, issu des deux universités flamandes.

Le nouveau projet fait partie du consortium européen Influenzanet et bénéficie du soutien financier du programme de l'Union européenne Horizon 2020. Onze pays européens ont déjà lancé un appel similaire à leurs citoyens. Les résultats seront accessibles au grand public sur un site web. Dans les mois à venir, l'apport des participants et le statut vaccinal de la population seront analysés ensemble.

Les plus consultés