James Arthur Photography

L'examen du dossier autour de l'asbl Let's go Urban de Sihame El Kaouakibi reporté au 20 avril

Le tribunal de l’entreprise de Tongres a reporté l’examen du dossier concernant la parlementaire flamande Sihame El Kaouakibi (Open VLD) et l’asbl Let's go Urban au 20 avril. La raison est l'hospitalisation après une infection au coronavirus de l'un des avocats d'El Kaouakibi. Lors de cette session, on devrait savoir si l'administratrice provisoire de l'asbl Annemie Moens peut poursuivre son travail. Son mandat expire au début du mois de mai. Deux heures ont déjà été prévues pour l'audience du 20 avril.

D’ici deux semaines, le conseil de la ville d'Anvers prendra une décision sur le subventions accordées à Let's Go Urban, l'organisation sans but lucratif de Sihame El Kaouakibi, destinée aux jeunes anversois. C'est ce qu’a déclaré lundi le bourgmestre d'Anvers, Bart De Wever (N-VA). En attendant, la ville mène son propre audit, dans lequel "chaque document sera minutieusement examiné". Bart De Wever a aussi déclaré hier qu’Anvers allait tenter de sauver coûte que coûte le projet pour les jeunes défavorisés, qui en ont besoin.

Un rapport accablant

Hier, le rapport de l'administratrice provisoire de l'asbl a été révélé dans les médias, et ce rapport est accablant pour Sihame El Kaouakibi. Il révèle qu'au cours des deux dernières années, près d'un demi-million de subventions ont été détournées vers des sociétés privées appartenant à Siham El Kaouakibi.

L'administratrice provisoire Annemie Moens a également confirmé qu'une comptabilité bâclée était en bien place à l’asbl. "Mais ajoute ignorer s’il y a eu un enrichissement personnel. "Je ne vois pas où va la piste de l'argent. Je constate qu'il y a eu un détournement de fonds de l'asbl vers d'autres sociétés dans lesquelles Mme El Kaouakibi est ou était impliquée."

Le mois dernier, des médias avaient révélé la désignation par la justice d'une administratrice provisoire pour l'ASBL destinée aux jeunes anversois. Il était question de possibles malversations, des accusations que rejette la principale intéressée. L'enquête a entre-temps été placée entre les mains de l'Office central pour la répression de la corruption. 

Par ailleurs, la commission statutaire de l'Open VLD a décidé de suspendre pour six mois Sihame El Kaouakibi, en guise de mesure conservatoire. La suspension place l'élue en "non-actif" à l'intérieur du parti, elle ne peut par exemple pas prendre part aux réunions ni à des élections internes.

 

Les plus consultés