Chargement lecteur vidéo ...

Le port anversois veut doubler le transport de marchandises via le rail d’ici 2030

A l’heure actuelle, 7% du transport de marchandises au port anversois se fait par train. Ce pourcentage doit donc monter à 15% d’ici 2030, ont annoncé ce mercredi la direction du port anversois et le gestionnaire du réseau ferroviaire belge Infrabel. Cette ambition avait déjà été exprimée par le passé, mais elle vient d’être confirmée avec un plan concret.

Un millier de kilomètres de rails traversent le port anversois, mais de loin pas toutes ces voies sont actuellement utilisées. Il reste beaucoup d’entreprises qui n’ont pas opté pour le transport de leurs marchandises via le rail, en raison de nombreux obstacles.

"C’est trop cher et pas assez flexible. Ce sont les deux principaux aspects qui poussent les entreprises à opter pour d’autres moyens de transport, comme les camions ou la navigation fluviale intérieure. Il faut donc résorber ces obstacles", indique le CEO de l’entreprise portuaire anversoise, Jacques Vandermeiren.

Il y a aussi le fait que des locomotives diesel doivent être utilisées dans le port, en l’absence d’une électrification. Infrabel veut s’attaquer à ces obstacles à la mobilité par le rail. Son ambition est de faire du train une option durable face au transport par route.

Un train de marchandises permet d’éviter en moyenne que 50 camions ne prennent la route. Des investissements sont cependant nécessaires, et il n’est pas clair quels montants sont prévus à cet effet.

Les plus consultés