Copyright © 2018, Maren Winter, licensed via EyeEm Mobile GmbH

Les trois Régions s’unissent contre la fraude aux filtres à particules

La Région flamande, la Région wallonne et celle de Bruxelles-Capitale ont décidé de s'attaquer ensemble à la fraude aux filtres à particules. Le 1er juillet 2022 au plus tard, un test de compteur de particules sera utilisé lors du contrôle périodique des véhicules diesel (véhicule particulier et de transport léger), annoncent ce mercredi les ministres régionales de la Sécurité routière, Lydia Peeters (Flandre), Valérie De Bue (Wallonie) et Elke Van den Brandt (Bruxelles). Cette forme de fraude, dénoncée il y a quatre ans par VRT NWS, consiste à retirer de façon illégale des véhicules au diesel des filtres à particules défectueux. Conséquence : ces véhicules émettent beaucoup trop de particules fines dans l’air.

Actuellement, certains véhicules émettent énormément de pollution en raison de l'absence de filtre à particule ou d'un filtre endommagé et les centres d’inspections automobiles ne sont pas capables d'identifier ces véhicules. La décision des ministres Peeters, De Bue et Van den Brandt va faire de la Belgique une pionnière en Europe dans la lutte contre la fraude aux filtres à particules, indiquent les ministres régionales.

Les experts estiment qu’il y a actuellement 165.000 voitures qui circulent en Belgique avec un filtre à particules endommagé ou inexistant. C’est particulièrement nocif pour l’environnement et la santé publique. Pour donner une idée de la situation : une seule voiture diesel qui roule sans filtre à particules a autant d’impact négatif sur l’environnement qu’une flotte de plus de 1.000 voitures diesel munies d’un filtre en bon état.

Contrôle en plusieurs phases

Dans une première phase, tous les véhicules et fourgons équipés d'un moteur diesel de la norme Euro 5b et plus récents seront contrôlés. À terme, les trois ministres souhaitent étudier comment cette mesure sera étendue aux camions, aux bus et aux véhicules à essence.

"Lorsqu'un véhicule émet plus d'un million de particules par centimètre cube, il reçoit un carton rouge. C'est que le filtre à particules est défectueux ou enlevé et doit donc être remplacé dans les quatorze jours. Après cela, la voiture doit être inspectée à nouveau. Si un véhicule émet moins de 250.000 particules par centimètre cube, il recevra une carte verte. Les voitures dans la zone grise entre 250.000 et 1 million de particules recevront un avertissement. Les valeurs seront réévaluées endéans les 2 ans, afin d'affiner les mesures à prendre pour ce seuil."

"En utilisant une approche commune de la lutte contre les fraudes aux filtres à particules, nous empêchons le shopping des propriétaires de véhicules entre les inspections automobiles", affirme Elke Van den Brandt. Les centres d'inspection des véhicules pourront acheter rapidement de nouveaux équipements pour vérifier spécifiquement la fraude au filtre à particules.

Les plus consultés