La ministre flamande de la Mobilité Peeters s’attaque à la fraude aux permis de conduire

Les contrôles doivent être renforcés face à la fraude aux permis de conduire pratiquée par certaines auto-écoles, annonce ce jeudi la ministre flamande à la Mobilité, Lydia Peeters. L’émission d’investigation "Pano" (VRT) diffusait en effet mercredi soir un reportage télévisé montrant comment certaines auto-écoles proposent des cours-turbo de théorie. On n’y enseigne pas le code de la route mais les réponses correctes aux questions d’examen théorique. Pire encore : les journalistes ont découvert qu’il est possible d’acheter un permis de conduire provisoire au prix fort, sans s’être jamais assis derrière le volant. "La sécurité routière est d’une importance cruciale. Il faut augmenter les contrôles", estime Lydia Peeters.

La ministre flamande de la Mobilité (photo) précise que "des mesures ont déjà été prises par le passé par les centres d’examen, pour contrecarrer ce type de fraude. Le nombre de questions d’examen a été énormément augmenté, jusqu’à 1.500", et sont différentes pour chaque candidat. Une évaluation est en cours à propos d’une réforme de la formation à la conduite datant de 2017. Les résultats de cette évaluation devraient être disponibles au début de l’an prochain. "Nous verrons alors ce qui peut être modifié", indique Peeters.

La ministre souligne aussi que les fraudeurs doivent être identifiés dès à présent. "Le département d’inspection sociale et économique effectue déjà nombre d’inspections en collaboration avec la police. Je pense que nous devons encore accroître le nombre de contrôles".

Plusieurs auto-écoles ont déjà été prises en flagrant délit. "Nous avons déjà imposé la suspension de plusieurs auto-écoles. Nous sanctionnons donc effectivement. Mais il reste beaucoup de travail à faire. Il est inconcevable que quelqu’un puisse obtenir son permis de conduire contre paiement".

L’émission d’investigation "Pano" a cependant montré que certaines auto-écoles délivrent un permis provisoire contre paiement. Il permet au conducteur de rouler seul, sans accompagnateur. Alors qu’en règle générale il faut avoir suivi au moins 20 heures de conduite avant d’obtenir un permis provisoire.

Plateforme numérique pour contrecarrer la fraude

Actuellement, les documents nécessaires pour l’épreuve théorique et le permis de conduire provisoire sont encore sur papier. Il est donc plus facile de les falsifier. "On peut même copier ces documents de l’internet, les modifier, mais il faut alors falsifier les cachets. Ce n’est évidemment pas permis. Cela équivaut à un faux en écriture et à un délit", souligne Lydia Peeters.

Une plateforme numérique destinée aux instructeurs d’auto-école et aux centres d’examen devrait permettre de contrecarrer ce type de fraude. "Si tout est réalisé de façon numérique, et que l’on doit indiquer en ligne quand on va suivre un cours de conduite et quand on va passer l’examen, alors les pratiques frauduleuses sont plus difficiles", explique la ministre à la Mobilité. La plateforme devrait être prête l’an prochain.

Lydia Peeters indique aussi qu’il a été envisagé par le passé d’obliger chaque candidat à suivre un cours de théorie et à prendre des cours de conduite dans une auto-école reconnue. "Mais cela doit rester abordable pour tout le monde du point de vue financier. Un permis de conduire peut être indispensable pour l’accès au marché de l’emploi".

Les parents d’enfants accidentés incrédules

"Pareilles pratiques frauduleuses sont hallucinantes. Elles illustrent à quel point nous prenons encore la sécurité routière à la légère", réagissait horrifié Koen Van Wonterghem de l’association Parents d’enfants accidentés. "Au sein de l’Union européenne, nous sommes le seul pays dans lequel il est tellement facile de commencer à rouler en voiture".

D’après les Parents d’enfants accidentés, la formation à la conduite n’est pas suffisamment prise au sérieux. "Il est grave que l’on puisse frauder si facilement. Qu’on ne puisse éviter cette fraude. Encore une preuve de plus que la sécurité routière n’est pas gérée de façon assez sérieuse".

Les plus consultés