Un agent à cheval renverse un manifestant au Bois de La Cambre : les images à l’examen

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden a ouvert une enquête à propos des images d’un policier à cheval qui a renversé au passage un manifestant, jeudi après-midi au Bois de La Cambre, où s’étaient réunies quelque 2.000 personnes protestant contre les mesures de confinement contre le coronavirus. "Il est trop tôt pour émettre un avis, mais l’utilisation des moyens d’intervention de la police doit toujours être proportionnelle à la situation", déclarait la ministre à VRT NWS. Ce vendredi, une deuxième fête sauvage - baptisée "L’Abîme" - avait été annoncée au Bois de La Cambre à Bruxelles, au lendemain du canular "La Boum" qui a dégénéré. La police a sécurisé les entrées du Bois et demandé à une centaine de jeunes qui s’y étaient rassemblés de quitter les lieux.

C’est le contexte des images du cheval de police renversant le manifestant qui doit avant tout être analysé, expliquait la ministre de l’Intérieur. Lors de l’évacuation du Bois de La Cambre, jeudi, la police a utilisé des chevaux pour mieux dominer la situation. Plusieurs jeunes présents s’en sont pris aux forces de l’ordre.

"Je condamne la façon dont la situation a dégénéré", déclarait ce vendredi midi la ministre Verlinden. "Sur base des informations dont je dispose, la police a d’abord demandé aux jeunes gentiment, mais avec insistance, de rentrer chez eux. Elle s’est opposée à un refus d’obéir et au lancer de projectiles. Elle a alors utilisé de plus gros moyens pour intervenir".

L’un de ces moyens est la cavalerie. Un film circulait ce vendredi sur les réseaux sociaux, sur lequel on voit une personne présente dans le parc, tournant le dos aux chevaux qui arrivent au galop, qui est renversée par l’un d’eux. "J’ai vu toutes sortes d’images. Il est trop tôt pour donner un avis. Nous allons voir si l’intervention était proportionnelle à la situation", précisait la ministre de l’Intérieur.

Chargement lecteur vidéo ...

La police utilise à nouveau les canons à eau

Ce vendredi après-midi, une centaine de jeunes se sont à nouveau rassemblés dans le Bois de La Cambre. "La police est présente et réagit rapidement", indiquait la journaliste de la VRT Gitte Van Hoyweghen. "C’est de nouveau une partie de cache-cache avec la police comme hier, mais il y a moins de monde".

D’après la journaliste, il s’agissait de deux groupes distincts : "D’une part des jeunes qui sont clairement venus pour semer le trouble. Et d’autre part des personnes qui estiment devoir recevoir davantage de libertés. L’atmosphère est tendue comme hier".

La police a finalement à nouveau utilisé la cavalerie et des canons à eau pour disperser les personnes présentes, dont nombre ne respectaient à nouveau pas les règles de prévention contre le coronavirus.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés