Rob Engelaar

27.000 autotests par semaine pour les fonctionnaires flamands

À partir de ce mardi 6 avril, les pharmaciens seront autorisés à vendre des tests rapides de dépistage du coronavirus, que les utilisateurs pourront effectuer seuls sans l'aide d'un médecin ou d'un infirmier. Les pharmaciens demandent cependant ce lundi à leurs clients de ne pas tous se précipiter chez eux dès demain matin pour acheter des autotests de réserve. Entretemps, le ministre flamand des Affaires intérieures et administratives, Bart Somers, a annoncé que les fonctionnaires flamands disposeront chaque semaine de 27.000 autotests de dépistage du coronavirus.

Le ministre libéral flamand Bart Somers (photo) a par ailleurs lancé un marché public pour permettre aux administrations communales du nord du pays d'acquérir des autotests pour leurs propres agents. Ceux-ci devraient en disposer de 51.000 par semaine au total.

Le gouvernement entend compléter la stratégie de dépistage du coronavirus par des autotests, en plus des tests PCR et des tests rapides déjà pratiqués actuellement. Les autotests ont l'avantage de pouvoir être effectués sans personnel médical.

Ces tests qui coûteront 7 à 8 euros sont équipés d'écouvillons plus épais que ceux du test PCR, qui ne doivent être insérés qu'à deux centimètres de profondeur dans chaque narine. Ainsi effectué, le test présente ensuite des bandes qui permettent d'en lire le résultat.

Les personnes bénéficiant de l'intervention majorée (BIM) pourront acheter deux tests à 1 euro par semaine et pour chaque membre de leur famille. "J'espère que les gens ne feront pas la file à la pharmacie mardi", a averti le porte-parole de l'Association pharmaceutique belge (APB), Georges Verpraet. "Tout le monde ne sera pas en mesure d'utiliser un autotest à tout moment."

"Sur le plan logistique, tout n'est pas encore organisé, mais les pharmaciens sont prêts", explique Verpraet. "Nous les avons informés des différents tests depuis septembre. Ils ont également déjà participé à des sessions de formation en ligne." Les pharmaciens expliqueront à leurs clients comment fonctionnent ces autotests et dans quels cas il faut les utiliser. Ils leur indiqueront également ce qu'il faut faire et ne pas faire en fonction du résultat.

"Je suppose qu'il y aura suffisamment d'autotests", ajoute le porte-parole de l'APB, soulignant qu’il est inutile de constituer des stocks. "C'est pourquoi je lance cet appel: ne faites pas d'autotest avant d'en avoir besoin". Entretemps, l'Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) a approuvé le mise en vente de deux modèles, distribués par Roche et par Biosynex.

Les plus consultés