Sihame El Kaouakibi quitte Open VLD, mais continue à siéger au Parlement flamand

Dans une lettre adressée à la commission statutaire du parti libéral flamand, les avocats de Sihame El Kaouakibi (photo) ont annoncé sa décision de se retirer de l’Open VLD. La députée n’attend donc pas la décision de la commission statutaire. Et elle annonce son intention de continuer à siéger au Parlement flamand, comme indépendante. El Kaouakibi critique sévèrement le président d’Open VLD, Egbert Lachaert, et les médias. Au cœur de la tempête, depuis des semaines, des irrégularités constatées notamment dans le financement de l’asbl Let's Go Urban que l’Anversoise a créée en faveur de jeunes défavorisés.

Le président d'Open VLD, Egbert Lachaert, avait entamé fin mars une procédure en vue d'exclure Sihame El Kaouakibi du parti libéral flamand pour des soupçons de malversations avec les subsides qu'elle a reçus du parti pour son association sans but lucratif à destination des jeunes, Let's Go Urban. Ces faits font depuis lors l'objet d'une enquête judiciaire, mais aussi d’une enquête de la ville d’Anvers, des Affaires intérieures et de l’Inspection flamande des finances.

Sans attendre la décision des instances disciplinaires du parti, l'élue anversoise a donc préféré quitter Open VLD de sa propre initiative. Elle l'a fait savoir via ses avocats. Elle garde toutefois son mandat parlementaire flamand, mais siègera comme indépendante. Elle en a le droit puisqu’un siège au Parlement flamand appartient à un député et pas à son parti. Son mandat s'achève en 2024.

Critiques envers Lachaert et la presse

Dans la lettre, Sihame El Kaouakibi critique sévèrement le président d’Open VLD, Egbert Lachaert, et la façon dont elle aurait été traitée au sein du parti libéral. "La demande du président de faire exclure du parti Madame El Kaouakibi repose clairement sur des conclusions très prématurées, qui sont liées dans les médias à des fuites ciblées provenant d’opposants à la députée, dans des articles unilatéraux", peut-on lire dans cette lettre.

“Un rapport d’une administratrice provisoire ne peut égaler une décision de justice", argumentent El Kaouakibi et ses avocats. La députée conclut qu’au sein d’Open VLD "on ne démontre actuellement qu’une attention marginale aux principes libéraux et constitutionnels".

"Elle ne veut plus faire partie de ce club, si je peux m’exprimer ainsi", indiquait son avocat Mounir Souidi à VRT NWS. "Elle n’a aucune envie de prendre part à un procès fictif au sein du parti". La lettre critique aussi "certains médias” qui auraient imposé à l’opinion publique un avis sur El Kaouakibi, agissant comme un tribunal populaire. "De cette façon, un préjudice est porté à la présomption d’innocence de notre cliente", conclut la lettre.

Sihame El Kaouakibi siégeait depuis 2019 au Parlement flamand. Elle avait à l’époque été introduite au sein du parti libéral flamand par Bart Somers. Figurant en 2e place sur la liste Open VLD à Anvers, la jeune femme avait été élue en 2019 avec plus de 10.000 voix de préférence. Ces deux dernières années au Parlement flamand, elle avait régulièrement exprimé des points de vue qui ne suivaient pas toujours la ligne de son parti.

Les plus consultés