Les jeunes Anversois veulent être consultés sur l’avenir de Let’s Go Urban

Dans une lettre ouverte, les jeunes membres de l’association anversoise Let’s Go Urban (photo), fondée par Sihame El Kaouakibi avant son début de carrière politique au sein d’Open VLD, s’inquiètent de ne pas être consultés dans le débat sur l’avenir de l’académie de danse dont la gestion est entachée de soupçons de malversations. "Nous craignons que l’association doive fermer ses portes et que nous perdions ainsi tous notre second foyer", écrivent les 124 signataires.

Dans leur lettre, les 124 jeunes se distancient de l’enquête lancée à l’encontre de la fondatrice de l’académie de danse anversoise, Sihame El Kaouakibi, pour soupçons de fraude avec des subsides accordés à l’association. "Nous voulons avant tout pouvoir nous exprimer au sujet de nos craintes et de l’académie-même".

Les jeunes membres de Let’s Go Urban craignent avant tout la disparition de l’association, qui est devenue pour eux comme une seconde résidence. Elle donne en effet à ces jeunes défavorisés une structure et du bien-être, notamment pendant la crise sanitaire. Ils soulignent que l’association est l’un des rares endroits, depuis le second confinement, où ils peuvent se rendre pour étudier. Et dans les "bulles de bien-être" de cette association, ils peuvent se changer les idées.

"Des décisions au-dessus de nos têtes"

Les jeunes se plaignent aussi de devoir suivre dans la presse le débat sur leur association. "Des décisions sont prises, au-dessus de nos têtes. Nous ne recevons pas de perspectives d’avenir. Les discussions nous concernent, mais personne ne nous consulte. C’est une grosse déception".

Les signataires de la lettre ouverte invitent donc des personnalités déterminantes de la ville d’Anvers à entamer un débat avec eux. "Si des erreurs ont été commises, il ne faut pas que tout le monde soit puni, et certainement pas les jeunes eux-mêmes", estiment les signataires. "Nous voulons poursuivre notre travail. Si nécessaire sous un autre nom et avec des contrôles renforcés".

Les plus consultés