Qu'y a-t-il sur la table du comité de concertation qui se réunit ce mercredi matin ?

Le comité de concertation se réunit ce mercredi matin à 9h, 3 semaines  après la "pause de Pâques" qui avait comme objectif de faire reculer la hausse des contaminations. Une décision est attendue concernant les commerces non-essentiels et les métiers de contacts non-médicaux qui devraient rouvrir. Par contre, la réouverture de l’horeca le 1er mai comme cela avait été prévu semble avoir peu de chances d’aboutir.

Lors du précédent comité de concertation du 24 mars, le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) avait annoncé une pause de Pâques de quatre semaines. Les chiffres des contaminations allaient alors dans la mauvaise direction. Il avait alors été décidé que les magasins non essentiels travailleraient uniquement sur rendez-vous ou avec un collect-and-go. Les professions de contact comme les coiffeurs ont dû fermer leurs portes et les écoles ont été fermées une semaine plus tôt.

Entre-temps, les chiffres s'améliorent, même s’ils ne sont pas encore vraiment rassurants. La pression sur les hôpitaux reste élevée. Les admissions à l'hôpital ont diminué de 5 % au cours de la semaine écoulée, mais dans les unités de soins intensifs, presque tous les lits sont occupés. Dans ce contexte, le virologue Steven Van Gucht estime qu'il est encore trop tôt pour procéder à de grands assouplissements.

Ce comité de concertation ne devrait pas connaître de discussions animées entre les différents gouvernements. Fermées une semaine plus tôt que prévu avant les vacances, les écoles rouvriront leurs portes ce lundi 19 avrilLe ministre flamand de l'éducation Ben Weyts (N-VA), les syndicats et les organisations faîtières l'ont déjà convenu lundi mais avec une marge de sécurité. Pour les deuxième et troisième années de l'enseignement secondaire, l'alternance entre l'enseignement en présentiel et l'enseignement à distance sera appliquée. Par conséquent, contrairement à ce qui se passait il y a quelques semaines, l'enseignement ne devrait pas être une pierre d'achoppement dans les discussions au sein du comité de concertation.

En principe, les métiers de contact et les commerces non essentiels devraient pouvoir reprendre leurs activités normales à partir du 26 avril. Les magasins fonctionnent désormais sur rendez-vous, s’ il est clair que cette mesure a un impact bénéfique sur le plan virologique, en termes de chiffre d'affaires, c'est autre chose. Mais une source note qu'il serait peut-être préférable d'attendre que les chiffres s'améliorent avant de prendre une décision.
 

Les restaurants et les cafés risquent de ne pas rouvrir le 1er mai, mais bien 15 jours plus tard

Sur le plan politique, il semble également acquis que le secteur horeca ne pourra pas rouvrir complètement le 1er mai. Le week-end dernier, le commissaire de Corona, Pedro Facon, a déjà annoncé que les restaurants et cafés risquaient de ne pas rouvrir le 1er mai, mais bien 15 jours plus tard. La réouverture des écoles, l'arrêt des vacances de Pâques et le redémarrage des bars et des restaurants seraient, selon lui, trop de choses en même temps.

La question est de savoir ce que l'on peut faire en attendant. Le gouvernement flamand soutient depuis longtemps l'idée d'ouvrir les terrasses. Lors des tentatives précédentes, cette option a toujours été rejetée, mais certains pensent aujourd'hui qu'elle a plus de chances d’aboutir. De plus cette mesure pourrait contribuer au maintien de l'ordre public.

Les événements de test sont certainement à l'ordre du jour. Le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) a déjà indiqué il y a quelques jours qu'un cadre devait être élaboré à cet effet. Des expériences avec des événements tests ont déjà eu lieu aux Pays-Bas. Cela pourrait ouvrir la voie à des événements plus petits, qui fonctionneraient donc avec des tests rapides.

Ce qui risque par contre de tomber, c'est l'interdiction de voyager. L'Europe n'était déjà pas satisfaite du fait que notre pays ait appliqué cette interdiction pendant si longtemps. Cette mesure devait expirer le 19 avril, après les vacances de Pâques. De plus, dans l'intervalle, un accord de coopération entre les différents niveaux politiques a été signé, ce qui devrait assurer un meilleur transfert d'informations, de sorte que le respect des règles de quarantaine puisse être mieux contrôlé après le retour de l'étranger.

Reste à savoir si le couvre-feu et la bulle extérieure seront remaniés. Cette dernière était passée de dix à quatre personnes.
 

Les plus consultés