Comité de concertation : Des perspectives sont ouvertes mais se doublent d'un appel à la responsabilité

Le comité de concertation a ouvert mercredi des perspectives de réouverture de la société mais les dirigeants politiques ont assorti cette ouverture d'un appel à la responsabilité afin de ne pas les compromettre. Le taux d'occupation des hôpitaux et en particulier des unités de soins intensifs demeure un critère essentiel face à un virus plus contagieux et plus agressif que lors de la première vague.

La réunion des différents gouvernements du pays a abouti à un compromis entre la situation dans les hôpitaux qui demeure problématique et les aspirations de plus en plus fortes à des assouplissements. "Nous avons décidé d'une approche prudente et réaliste fondée sur la confiance", a souligné le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).

Comme attendu, le 19 avril, les cours pourront reprendre dans les écoles sous le régime en vigueur avant le congé pascal, soit en présentiel à 100% dans le maternel, primaire, secondaire spécial et premier degré du secondaire et à 50% dans les deuxième et troisième degrés du secondaire. Une reprise complète à 100% sera évaluée le 3 mai en comité de concertation. Dans l'enseignement supérieur, le présentiel sera la règle à concurrence d'un jour par semaine.

L'interdiction des voyages non essentiels dans l'Union européenne prendra fin le 19 avril. Un avis de voyage négatif reste cependant en vigueur. Les voyageurs devront se soumettre à des tests et à une quarantaine dès leur retour, et la police pourra contrôler et sanctionner le non-respect de ces obligations.

Le 26 avril est la deuxième date d'assouplissement. La "pause pascale" décrétée le 24 mars prendra fin et les commerces non essentiels ainsi que les métiers de contact pourront reprendre leurs activités. Les rassemblements de maximum 10 personnes à l'extérieur seront à nouveau autorisés. 

Une trentaine d'expériences et projets pilotes seront menés pour fixer le redémarrage de certains secteurs, en particulier la culture, le sport et l'événementiel.

Le 8 mai sera la troisième date d'assouplissement et peut-être la plus attendue puisqu'elle marquera l'entrée en vigueur d'un "plan plein air". Une série d'activités seront à nouveau autorisées à l'extérieur: ouverture des terrasses des cafés et restaurants, événements (y compris banquets et réceptions), représentations culturelles et services du culte (jusqu'à 50 personnes), parcs d'attraction, marchés aux puces. Le couvre-feu sera remplacé par une interdiction de rassemblement de plus de trois personnes entre minuit et 5h. Les activités organisées (clubs sportifs et associations diverses) pourront rassembler au maximum 25 personnes à l'extérieur mais sans accueillir de public et sans nuitée. Les enfants jusqu'à 12 ans accomplis pourront se trouver à l'intérieur avec un maximum de 10.

Le 8 mai également, la bulle sociale sera élargie: un foyer pourra accueillir deux personnes d'un autre foyer en même temps sans compter les enfants de moins de 13 ans.

Pour l'Horeca, cette date du 8 mai représente une semaine de plus que ce qui était attendu et se limite aux terrasses. En une semaine, 500.000 personnes peuvent être vaccinées, a fait remarquer Alexander De Croo. A cette échéance, la quasi-totalité des personnes de plus de 65 ans et présentant des comorbidités auront pu recevoir un vaccin.

La difficulté de trouver un compromis explique les sept heures de réunion qui ont été nécessaires.

Si les chiffres le permettent, un "plan intérieur" sera envisagé après le "plan plein air". Dans cette optique, les dirigeants politiques ont lancé un nouvel appel en faveur de la vaccination, présentée comme "la seule option" de sortie de la crise.

Même si la Belgique se classe aujourd'hui à la huitième place européenne, il est constaté dans certaines régions que trop peu de gens se rendent à leur rendez-vous.

Un nouveau comité de concertation est prévu le 23 avril pour les activités culturelles, sportives ainsi que pour le secteur événementiel.
 

Les assouplissements de juin conditionnés au passage sous les 500 lits de soins intensifs

Les assouplissements prévus pour le mois de juin, annoncés sous réserve mercredi soir à l'issue d'un nouveau Comité de concertation, se concrétiseront si la Belgique descend sous la barre des 500 patients Covid en soins intensifs. Cette précision est confirmée jeudi par le cabinet du ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit).

Sciensano fait état cette semaine d'une occupation de 941 lits de soins intensifs (en date de mercredi). La tendance est à la hausse par rapport à la semaine précédente.

Le Comité de concertation a indiqué mercredi qu'un élargissement du "plan plein air" sera envisagé pour début juin, ainsi qu'un "plan intérieur" (restaurants et cafés, sport, culture). Mais cela est assorti à la condition de passer sous la barre des 500 lits de soins intensifs.

Pour le 8 mai, en revanche, date retenue pour une probable réouverture des terrasses, la fin du couvre-feu ou encore la tenue d'évènements limités (max. 50 personnes) en extérieur, aucun seuil chiffré n'a été fixé, répond-on au cabinet Vandenbroucke jeudi. On reste sur une condition d'"amélioration durable" de la situation des soins intensifs, ce qui laisse la porte ouverte à l'interprétation.

Les plus consultés