Un refuge pour arbres à Nazareth donne une seconde vie aux plantations

Dans ce refuge pour arbres de Nazareth (Flandre orientale), les particuliers et les entreprises peuvent apporter des arbres qui, autrement, auraient été abattus. Ce sont des spécimens sains qui auront une seconde vie ailleurs. "Les gens peuvent venir choisir un arbre chez nous pour le replanter dans leur propre jardin" a expliqué l'initateur du projet Dries Rooryck.

L'idée est de ne plus abattre des arbres qui doivent être enlevés, mais de les replanter dans un jardin ou un espace vert. "Ces arbres doivent bien sûr être en bonne santé. Ce qui signifie qu'ils n'ont jamais été coupés et qu'ils ont pu se développer correctement pendant plusieurs années", explique l'arboriste Dries Rooryck. Il est l'inspirateur de ce refuge pour arbres, (en néerlandais "boomasiel"). L'accent est mis sur les espèces indigènes, mais les spécimens plus exotiques sont également les bienvenus.

Six mois pour mettre le projet au point

"Il y a plusieurs mois, nous avons acheté une ferme à Nazareth où nous voulons agrandir le refuge pour les arbres. Nous travaillons sur ce concept depuis six mois. Nous avons commencé parce que nous pensions que c'est une honte de scier des arbres magnifiques et sains. Les arbres mis au containeur sont souvent parfaitement adaptés à une seconde vie. Nous rendons maintenant cela possible".

Particuliers ou entreprises

"Nous travaillons aussi bien avec des entreprises qu’avec des particuliers. Nous vérifions d'abord si les arbres peuvent être replantés ailleurs. Si ce n’est pas possible, nous emmenons les arbres dans notre pépinière. Ici, les gens peuvent également venir les voir et les acheter. Les gens les replantent eux-mêmes ou nous demandent de le faire pour eux."

Pas facile d'un point de vue organisationnel

Le nouveau refuge organise parfois lui-même le transport des arbres, mais ce n'est pas toujours possible. "Parfois, vous avez des arbres qui font 5 mètres de haut et 2 mètres de large. Il faut vraiment un équipement spécial pour pouvoir les transporter. Dans le scénario idéal, les gens nous livrent eux-mêmes leurs arbres. "

Intérêt de l'université de Gand et de la commune de Nazareth

Dries Rooryck a déjà reçu de nombreuses réactions positives. "Nous avons déjà eu des contacts avec la commune de Nazareth et l'université de Gand est également très intéressée par notre projet. Il s'agit d'arbres qui doivent être retirés pour céder la place à la construction d'un nouveau bâtiment", explique Dries Rooryck.

"Nous sommes très heureux qu'il y ait un entrepreneur qui souhaite développer son activité de manière écologiquement responsable. Il n'existe pas encore d'accord formel avec la commune, mais nous allons y penser", déclare de son côté l’échevin Peter Versnaeyen (Vooruit-Groen). "Par exemple, nous sommes en train de refaire certaines rues où certaines espèces d'arbres causent des nuisances. Nous allons maintenant voir si nous pouvons les déplanter en toute sécurité et leur donner une autre utilité. Ce refuge est certainement une opportunité."

Regardez le reportage du journal télévisé de la VRT de ce vendredi (en néerlandais)
 

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés