PCRO

Une commission d’enquête reconnaît des comportements abusifs de la part de plusieurs entraîneurs de gymnastique

La commission d’enquête indépendante composée de six membres sur les comportements abusifs dans le monde de la gymnastique a déclaré dans ses conclusions, vendredi, qu’il y avait des preuves évidentes d’excès psychologique au sein de Gymfed, la fédération flamande de gymnaste. Elles concernent plusieurs entraîneurs. L’attitude de la Gymfed est aussi mise en cause.

Au cours de l'été de l'année dernière, plusieurs (ex-)gymnastes ont témoigné d'abus psychologiques au cours de leur carrière au sein de Gymfed. Une commission d'enquête indépendante a entendu plus de 100 témoignages et a donné ses conclusions ce vendredi, lors d’une conférence de presse.

En conclusion, il existe des preuves évidentes d'un comportement psychologique abusif dans le monde de la gymnastique. Il y avait une pression pour obtenir des performances, y compris par des humiliations voire des insultes, ...

Plusieurs entraîneurs se sont rendus coupables de tels comportements et cela a eu un impact durable sur certains ex-gymnastes. La Fédération n'a pas pris de mesures suffisantes dans le passé. Plusieurs occasions de reconnaître les plaintes ont été manquées, ce qui a provoqué des tensions persistantes.
Les témoignages montrent clairement que la pression pour obtenir des performances était un facteur important et que cela se faisait au détriment du développement total des meilleurs gymnastes.

Gymfed était au courant

Gymfed était au courant des plaintes et a fait trop peu pour y remédier", a expliqué Bart Meganck, le président de la commission d'enquête de six membres, mise en place à la demande du ministre flamand des Sports Ben Weyts (N-VA). 

"Les gymnastes ont eu le sentiment que leurs plaintes n'ont pas été entendues. L'envie de performer a été privilégiée et ce, au détriment des athlètes. L'attention portée à l'athlète individuel était trop faible. Des occasions ont été manquées pour reconnaître les plaintes des gymnastes. Gymfed aurait pu adopter une position différente durant cette période. Un retournement de situation a eu lieu en 2018-2019 : la toute-puissance de l'entraîneur a été battue en brèche en faisant également appel à un psychologue, un kinésithérapeute et un diététicien.

"De nombreux ex-gymnastes ont subi trop de pression physique, mentale et émotionnelle. Les enfants et les jeunes ont ainsi été victimes de comportements transgressifs. Nous considérons que la reconnaissance de ces faits est très importante pour les gymnastes. Le passé ne doit pas se répéter."

 

Les plus consultés