Vincent Van Quickenborne souhaite que le personnel pénitentiaire soit vacciné en priorité

Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD), souhaite que le personnel pénitentiaire soit vacciné en priorité contre le coronavirus, a-t-il fait savoir vendredi alors que les syndicats ont déposé un préavis de grève dans la matinée. La question sera abordée lundi par les ministres de la Santé.

Des foyers de contamination se sont déclarés dans plusieurs prisons, entre autres celles de Namur, Termonde et Hasselt. Cette situation a mené au confinement de plusieurs ailes de ces établissements voire à un confinement total. Jeudi, un gardien de Gand est par ailleurs décédé de la covid-19.

Le ministre dit comprendre la demande des syndicats d'une vaccination prioritaire. "Au cours des première et deuxième vagues, la situation dans les prisons est restée relativement sous contrôle. Avec la troisième vague, de nombreux foyers apparaissent. La santé du personnel est en jeu, il est dès lors temps que vous vaccinions", a expliqué Vincent Van Quickenborne (Open VLD).

Une prison est une collectivité, de nombreuses personnes vivent proches les unes des autres, la vaccination du personnel s'impose donc, à ses yeux, le plus vite possible.
 

Préavis de grève des syndicats

Les syndicats en front commun ont déposé un préavis de grève pour le 25 avril dès 22h. Ils exigent que les gardiens de prison et les détenus soient vaccinés en priorité.

L'ACV-CSC Services publics estime qu'il est temps de prendre les choses en main. Les prisons sont de plus en plus confrontées aux foyers de Covid-19, qui provoquent le confinement complet de certaines ailes, voire d'établissements entiers, pointe-t-il.

Le décès d'un membre du personnel de la prison de Gand, survenu la veille, a de plus été annoncé jeudi.

Le syndicat chrétien ne tolère pas que les membres du personnel pénitentiaire bénéficient d'un régime différent selon l'endroit où ils travaillent. Ceux de Bruxelles ont récemment été vaccinés en tant que groupe prioritaire, ce qui n'est pas le cas de ceux de Flandre et de Wallonie.

"Avec nos collègues des autres syndicats, nous plaidons depuis des mois pour que les prisons soient considérées comme une entité collective et que les personnes qui y travaillent et y vivent soient vaccinées en priorité", rappelle l'ACV-CSC Services publics.

L'administration pénitentiaire a affirmé jeudi qu'elle faisait tout son possible afin de vacciner le plus rapidement possible le personnel et les détenus. "Nous sommes en concertation permanente avec les autorités compétentes sur cette question. Mais c'est à elles que revient la décision de commencer la vaccination."

 

Les plus consultés