Radio 2

250 amendes infligées à des jeunes fêtards à Knokke : "Des enfants gâtés largués dans leur résidence secondaire"

Depuis le début du mois, la police de Knokke-Heist a déjà infligé quelque 250 amendes corona à des jeunes fêtards. D’après les autorités, la plupart des contrevenants sont des mineurs d’âges originaires de Bruxelles ou du Brabant wallon, largués par leurs parents dans leur seconde résidence. 

Durant les vacances de Pâques, des centaines de jeunes ont régulièrement pris d’assaut la digue et la plage de la station balnéaire pour s’y retrouver et boire un verre. D’après le bilan de la commune, nombre d’entre eux ne portaient pas de masque. Certains fêtards ayant trop bu ont dû être transportés en ambulance vers l’hôpital. Des dégâts ont par ailleurs été constatés à certains bars de plage. 

Selon l’échevin du tourisme, Anthony Wittesaele, le problème ressurgit tous les ans durant les vacances de Pâques et d’été, mais il a empiré en cette période de pandémie. "Nous constatons de plus en plus que les parents larguent leurs enfants dans leurs appartements, et qu’ils prennent les agents de police pour des sortes de babysitteurs", commente-t-il. "Nos policiers sont déjà à bout, et ils ont autre chose à faire", poursuit-il.

"Ces jeunes doivent alors se débrouiller pendant une semaine. Je ne les qualifierais pas de nouveaux riches, mais plutôt d’enfants gâtés délaissés par leurs parents", estime l’échevin du tourisme.

Les parents concernés ont reçu une communication écrite de la police et doivent payer une amende de 250 euros pour le compte de leur enfant. "Ce n’est évidemment pas la commune qui détermine ce montant. Mais on peut se demander si les parents qui larguent quatre ou cinq enfants dans un appartement ne devraient pas recevoir une plus grosse amende pour l’organisation d’une petite lockdown party", souligne encore Anthony Wittesaele. 

Les plus consultés