Le nombre de suicides a chuté en Flandre mais la crise sanitaire fait craindre le pire

Entre 2000 et 2018, le nombre de suicides a chuté de 26% en Flandre, permettant à la Région d'atteindre ses objectifs en la matière, ressort-il d'une évaluation du deuxième plan de prévention flamand contre le suicide. Toutefois, on dénombre encore chez nous 3 suicides et 27 tentatives de suicide par jour. La Flandre reste donc une région où le taux de suicide est l'un des plus élevés d'Europe. Un nouveau plan sera présenté à l'automne.

La Flandre fait figure de mauvais élève européen en termes de suicides. Chaque jour, 3 personnes s'y donnent la mort et la moyenne y est de 1,5 fois supérieure à la moyenne européenne. Lancé en 2012, le deuxième plan de prévention contre le suicide entendait remédier à cette situation. Son objectif: réduire de 20% le nombre de suicides en 20 ans, de 2000 à 2020.

Selon les chiffres les plus récents, le recul atteint 26% entre 2000 et 2018, avec une chute de 31% pour les femmes et de 26% pour les hommes. Certaines catégories font toutefois moins bien. C'est notamment le cas des filles entre 16 et 19 ans où la baisse est limitée à 16% et des hommes de 45 à 49 ans (-11%).
Un troisième plan de prévention contre le suicide sera présenté en novembre, a déjà annoncé le ministre régional de la Santé, Wouter Beke (CD&V).

En Flandre la ligne d'appel de crise est la zelfmoordlijn au 1813 et les site internet est le https://www.zelfmoord1813.be/

Le risque des effets de la crise sanitaire

La crise du coronavirus fait néanmoins craindre le pire surtout chez les jeunes et les adolescents.

Les campagnes de prévention ont fait leurs preuves a déclaré la professeur Gwedolyn Portzky, directrice du VLESP, le centre d’expertise flamand sur la prévention du suicide, (Vlaams Expertisecentrum voor Suïcidepreventie). "Nous travaillons déjà d'arrache-pied pour élaborer un nouveau plan d'action qui sera présenté plus tard dans l'année. Car il faut continuer à se concentrer sur la poursuite de la prévention des comportements suicidaires, notamment en tenant compte de l'impact possible de la crise du Covid-19 à court et à long terme."

"Pendant la crise économique de 2008 et 2009, nous avons également constaté un léger affaiblissement de la baisse. Nous sommes donc particulièrement préoccupés par les conséquences possibles, à court et à long terme, de la crise sanitaire", a ajouté Gwendolyn Portzky.

Les plus consultés