Chargement lecteur vidéo ...

La Défense va ouvrir une enquête après le vaste incendie dans le domaine militaire de Brecht

La Défense va ouvrir une enquête après le vaste incendie qui a détruit vendredi plus de 500 hectares de nature (certains parlent de 1.000 ha) et entraîné l’évacuation de tout un quartier et d’un camping à Wuustwezel, en province d’Anvers. Le violent incendie aurait été provoqué par un exercice de tir dans le domaine militaire mais, selon certains témoignages, les mesures de sécurité n’auraient pas été prises. "Le camion de pompiers normalement présent au domaine militaire de Brecht était en réparation," indique samedi la Défense, confirmant une information de la VRT.

Malgré un combat de plusieurs heures contre les flammes, " la situation n'est absolument pas encore sous contrôle". C'est ce qu'a affirmé le bourgmestre de Brecht, Sven Deckers (N-VA) ce samedi matin dans "De ochtend" sur Radio 1. (VRT). Vendredi, le feu s’est propagé à l’ensemble du champ de tir et à la réserve naturelle causant d’épais dégagements de fumée. Et les habitants évacués d'un quartier de Wuustwezel ne peuvent pas encore rentrer chez eux. "La situation n'est pas encore entièrement sûre à cause des risques de reprises de l'incendie", estime le bourgmestre.

On ignore encore ce qui a provoqué le violent incendie dans le terrain de tir "Groot Schietveld" à Brecht, mais il est déjà clair que la Défense n'a pas pris toutes les mesures pour éviter qu'un tel incendie ne se produise, estime notre collègue Jens Franssen.

"En principe, un terrain d'exercice dispose de sa propre brigade de pompiers militaires pour intervenir si nécessaire. Il existe un certain nombre de procédures, mais on a m’a confié que la procédure la plus importante aujourd'hui était de s'assurer que toutes les personnes présentes étaient en sécurité, puis d'appeler les pompiers locaux", explique encore Jens Franssen.
En principe, un camion de pompiers doit se trouver sur le terrain d’exercices à Brecht, mais ce n’était pas le cas ce vendredi car il était en réparation. 

"Pour pouvoir conduire ce camion de pompiers, il faut posséder une sorte d'accréditation. Or, les deux dernières personnes qui pouvaient l’utiliser ont pris leur retraite il y a cinq ans. Il n'y avait donc personne pour conduire le camion de pompiers même s'il avait été là."
 

Des hélicoptères néerlandais pour éteindre l'incendie

Selon Jens Franssen, il y aura certainement une enquête militaire sur l'incendie. "Il y aurait dû y avoir beaucoup plus de mesures de sécurité. Le chef adjoint de la Défense m'a dit que des leçons seront tirées de cette affaire. Il est clair que quelque chose a dysfonctionné lorsqu’on constate le manque de dispositifs de sécurité. Il y aura une enquête et les procédures devront être adaptées."

A noter que la Défense belge a dû faire appel à des hélicoptères néerlandais pour éteindre l'incendie. "On pourrait se demander pourquoi l'armée belge n'a pas pu le faire elle-même. Nous possédons également des hélicoptères et en 2015, des sacs de lutte contre les incendies ont même été achetés, mais il s'est avéré qu'ils ne pouvait pas être utilisés sur nos hélicoptères. 

En fin de compte, les hélicoptères se sont avérés trop coûteux à utiliser et sont maintenant cloués au sol. Par conséquent, nous n'avons pas la capacité d'éteindre nous-mêmes les incendies."

Les exercices de tirs ne sont pas exceptionnels

"On ignore encore si l'exercice de tir aurait conduit à l'incendie ou non. Il se pourrait aussi qu'un soldat n'ait pas éteint correctement sa cigarette juste avant de partir et que cela ait conduit à l'incendie La Défense va tenter de le découvrir", ajoute Jens Franssen.

Néanmoins, les militaires doivent en principe être préparés à toutes éventualités et notamment aux incendies dans un domaine naturel. "Car ceux-ci ne sont pas exceptionnels. Des personnes qui participent à ces exercices m'ont dit que cela arrive souvent. Heureusement, c'est souvent un petit foyer qui se déclare. Ces feux sont éteints rapidement avec du sable. En principe il y a un plan prévu et il y a un piquet d’incendie à savoir des personnes surveillent permanence pour voir ce qui peut arriver".

La Défense confirme qu’un camion de pompiers était absent lors de l’exercice

Le camion de pompiers normalement présent au domaine militaire de Brecht est en réparation, indique samedi la Défense, confirmant une information de Gazet van Antwerpen et de la VRT. L'armée ajoute cependant que l'exercice qui a causé l'incendie vendredi ne nécessite pas la présence de ce camion.

Il s'agit d'une "circonstance malheureuse", a indiqué une source anonyme proche du commandement de l'armée au quotidien Gazet van Antwerpen. "Ce véhicule aurait pu fournir la première intervention rapide." Mais ce n'est pas tout à fait exact, selon la Défense. Les exercices de vendredi ont été effectués avec un calibre de 5,56 mm et, d'un point de vue organisationnel, tout était en ordre, détaille-t-elle.

Le camion de pompiers est nécessaire lors de l'utilisation d'armes et de munitions de calibre 12,7 mm et plus.

La VRT ajoute par ailleurs que les militaires qui savent travailler avec le camion de pompiers sont déjà à la retraite depuis cinq ans. La Défense précise cependant que d'autres personnes sont capables d'utiliser ce véhicule.  

Les plus consultés