"La Flandre pourrait assouplir avant les autres si la différence de couverture vaccinale entre Régions augmente encore"

"Si la différence de couverture vaccinale entre la Flandre d'une part, Bruxelles et la Wallonie d'autre part continue d'augmenter, il faudra voir si la Flandre ne peut pas prendre des mesures d’assouplissement plus tôt que les deux autres Régions". C’est ce qu’a déclaré le ministre président flamand Jan Jambon (N-VA) ce dimanche midi dans "De zevende dag" (VRT).

Si vous regardez la couverture vaccinale, vous verrez que la Flandre est en tête en Belgique. En Flandre, un peu moins de 30 % des adultes ont déjà reçu leur première dose de vaccin. La Wallonie suit avec un peu moins de 29 %. Mais Bruxelles, avec 22,5 %, semble être à la traîne.

L'été est la nouvelle perspective pour un assouplissement des mesures

Les décisions prises vendredi dernier par le comité concertation pour les mois de mai et juin ne seront pas modifiées. Mais si le taux d'occupation des services de soins intensifs continue de baisser et que de plus en plus de personnes sont vaccinées, alors on pourra emprunter "le chemin de la liberté" , a encore déclaré Jan Jambon. "L'été est maintenant LA perspective."

Etant donné les circonstances, le dernier comité de concertation ne permettaient pas d'annoncer des mesures pour les mois de juillet et août. "Il est certain que du côté fédéral, la volonté n'était pas là non plus", a déclaré Jan Jambon.

Le prochain comité de concertation - le 11 mai - se penchera sur les événements des mois d'été. Trois jours plus tôt, les entreprises du secteur horeca seront autorisées à rouvrir leurs terrasses, mais dans des conditions strictes. "Pour le secteur de la restauration également, une occupation de 500 lits en soins intensifs constitue la condition pour une réouverture à l’intérieur".

Selon les derniers chiffres, 875 lits de soins intensifs sont actuellement occupés. "La baisse semble avoir commencé, mais aucun d'entre nous ne veut jouer avec le feu. (...) Cela peut aller vite cependant, il faut surveiller les chiffres au jour le jour."

Le virologue Marc Van Ranst a qualifié d'important le fait que Jan Jambon n'ait pas mentionné de date pour la poursuite de l'assouplissement, mais ait surtout évoqué l'occupation des unités de soins intensifs.

"C'est en fait un baromètre, et beaucoup plus sûr que de travailler avec des dates", a ajouté Marc Van Ranst.

Jan Jambon a également souligné qu'au cours de la deuxième quinzaine de juin, les personnes les plus vulnérables auront été vaccinées et que leur vaccin aura alors fait effet pendant deux à trois semaines.

"Pour moi, c'est ce qui change vraiment la donne. La différence entre les taux de vaccination en Flandre, d'une part, et en Wallonie et à Bruxelles, d'autre part, est une question que les responsables politiques devront aborder à un moment donné, a estimé Jan Jambon, notamment lorsqu'il s'agira de décider de nouveaux assouplissements. "Si cette différences de couverture devient plus importante, cela deviendra un élément sur lequel nous devrons prendre des décisions".

Les plus consultés