Foto: Belga

Brecht : 570 hectares de réserve naturelle détruits, "les dégâts écologiques apparaitront plus tard"

L’incendie qui s’est déclaré vendredi sur le domaine militaire du Groot Schietveld à Brecht et Wuustwezel, en province anversoise, à l’issue d’un exercice de tir de l’armée, a ravagé quelque 570 des 1.500 hectares de réserve naturelle (photos). C’est ce qu’ont révélé les mesures effectuées par l’Agence flamande pour la Nature et les Forêts avec un GPS. L’Agence et l’association flamande Natuurpunt soulignent que les dégâts écologiques de l’incendie se manifesteront plus nettement dans les semaines et mois à venir.

Trois jours après les faits, les pompiers continuent à patrouiller dans la réserve naturelle de Brecht, pour intervenir rapidement si les flammes devaient reprendre en un endroit. De temps en temps, un nuage de fumée s’élève de la terre et les pompiers l’arrosent, mais le sol a été refroidi la nuit dernière par le gel.

L’Agence flamande Natuur en Bos a calculé avec un GPS la superficie du domaine qui est partie en fumée. "Tout a été fait avec précision pour un garde forestier " expliquait Jeroen Naeghels à VRT NWS. "Avec l’aide d’un programme informatique, on est arrivé au résultat de 570 hectares". Les dégâts écologiques apparaitront ces prochaines semaines. "Actuellement, le domaine n’est pas accessible, pour que l’enquête judiciaire puisse être réalisée. Mais plus tard, les gardes forestiers iront voire combien de végétation est endommagée. Ils devront constater si les landes sont entièrement détruites ou si elles peuvent reprendre vie".

L’incendie est un drame aussi pour les espèces animales qui vivent dans la réserve naturelle. "Une grosse partie de leur nourriture est partie en fumée. Les vipères ont perdu leur abri naturel. De nombreuses espèces d’oiseaux, qui couvent au sol - comme l’engoulevent, le vanneau et le pipit d’arbre -, ont perdu leurs œufs. Il faudra voir ces prochaines semaines quelles races d’animaux pourront se remettre de l’incendie et lesquelles n’y parviendront pas", précise Jeroen Naeghels.

Les pompiers resteront présents dans le domaine militaire de Brecht aussi longtemps que nécessaire, indique le major Erik Janssen. "C’est un phénomène naturel et nous devons lui donner le temps de refroidir complètement. Tant qu’il ne pleuvra pas, nous devrons rester prudents".

Foto: Wim Dirckx

Natuurpunt demande que la nature soit restaurée

La réserve s'étend sur 1.500 hectares composés de landes humides, de landes sèches, d'étangs, de tourbières et de forêts. "C'est l'habitat de la plus grande population de vipères du nord-ouest de l'Europe et l'endroit est d'une importance essentielle pour les grenouilles, la gentiane et le bleu des bruyères, l'alouette des bois, l'engoulevent, notamment. La liste des espèces végétales et animales rares et protégées, qui trouvent ici l'un de leurs derniers habitats en Flandre, est tout simplement trop longue pour être énumérée ici", déclare Peter Symens, de l’association flamande de protection de la nature Natuurpunt.

Ce n'est pas la première fois que la zone est victime d'un incendie à la suite d'exercices militaires. Dans un certain contexte, cela peut être profitable à la végétation. Cependant, en raison des pluies acides, la lande s'est transformée en une plaine herbeuse envahie par la molinie. Lorsque cette espèce de plante meurt et se dessèche, elle devient très inflammable. Combinée à des périodes de sécheresses de plus en plus longues et fréquentes, la prolifération de la molinie a entrainé une augmentation du risque d'incendie et rendu ceux-ci plus difficiles à maitriser.

"Il n'est donc pas surprenant que l'incendie de la semaine dernière soit le plus important que la région ait jamais connu", déclare Natuurpunt. L'association demande aux autorités compétentes d'élaborer un plan de gestion, de suivi et de restauration de la lande brulée. Elle plaide également pour restreindre la période de tir en terrain ouvert, entre le 1er avril et le 30 septembre.

Actuellement, les exercices militaires sont autorisés en fonction d'un système qui, sur la base des données météorologiques, estime le risque d'incendie et l'exprime par un code couleur (vert, jaune ou rouge). Ce n'est toutefois pas la première fois que le domaine de Groot Schietveld se retrouve en proie aux flammes alors que le code couleur indiquait une période sûre.

Exercices militaires adaptés en Flandres orientale et occidentale

A la suite de l’incendie ravageur de Brecht, l’armée a adapté un exercice militaire qui devait avoir lieu prochainement pendant douze jours en Flandres occidentale et orientale. "Nous utiliserons moins de fausse fumée et nous donnerons davantage d’informations aux riverains", indiquait le lieutenant-colonel Gunther Godefritis à Radio 2 (VRT).

"Nous ne travaillons qu’avec des munitions d’exercice qui ne risquent pas de causer d’incendie, mais nous utilisons aussi des simulateurs de fumée qui peuvent parfois engendrer des nuages de fumée. Nous comprenons que cela peut inquiéter la population". Quand la fumée ne sera pas vraiment nécessaire pour un exercice, elle sera donc abandonnée.

L’armée souligne qu’elle met la sécurité des riverains au premier plan. "Nous allons effectuer des manœuvres, qui seront visibles, mais nous allons éviter autant que possible les noyaux résidentiels", concluait Godefritis.

Les plus consultés