AFP or licensors

La Belgique envoie 3 millions d'euros d'aide médicale en Inde

Tout comme de nombreux pays et l’Union européenne, la Belgique envoie de l'aide médicale en Inde, le pays étant lourdement touché par une seconde vague de coronavirus avec des centaines de milliers de nouvelles contaminations par jour. Il s'agit de 9.000 flacons d'antiviral Remdesivir, d'une valeur de 3 millions d'euros, a indiqué dimanche soir la ministre fédérale de la Coopération du développement, Meryame Kitir. "La situation est terrible en Inde", souligne la ministre socialiste .

Le stock belge sera immédiatement reconstitué via un appel d'offre européen, a précisé Meryame Kitir. La livraison de Remdesivir sera effectuée par le biais du Mécanisme de protection civile de l'Union européenne. En Belgique, tout est coordonné par B-Fast - l’unité d’intervention humanitaire rapide -, et différents services sont impliqués dans la livraison.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait annoncé dimanche sur Twitter que l'Union européenne était prête à soutenir l'Inde. L'Allemagne, la France et les Pays-Bas, entre autres, ont déjà annoncé qu'ils envoyaient de l'aide. L'Inde a enregistré dimanche 349.691 nouvelles contaminations, un nouveau record mondial en une journée. En raison de la pandémie, les soins de santé en Inde sont au bord de l'effondrement. Les hôpitaux y manquent notamment d’oxygène pour les patients Covid.

Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Pas de restrictions pour les voyageurs venant d’Inde

La Belgique n’introduit par contre actuellement pas de mesures renforcées envers les ressortissants d’Inde qui veulent entrer en Belgique. En principe, les entrées de voyageurs en provenance de pays hors de l’Union européenne sont actuellement interdites, mais certaines exceptions sont faites. Certains spécialistes, comme le virologue Marc Van Ranst, plaident pour un raccourcissement de la liste des exceptions.

Les Pays-Bas, la France, l’Allemagne et l’Italie ont entretemps introduit des restrictions de voyage pour les Indiens, mais la Belgique ne veut pas encore suivre leur exemple. "Une interdiction de voyage est une mesure très lourde", expliquait ce lundi matin la ministre de la Coopération au développement Kitir dans l’émission, "De ochtend" sur les ondes de la VRT.

"Pendant le premier confinement, cela a eu un très grand impact, car l’importation et l’exportation sont alors totalement à l’arrêt. Nous devons donc veiller à ne pas toucher les gens trop lourdement du point de vue économique", estime Meryame Kitir (photo).

Les plus consultés