© 2012 Sally Anscombe

Votre bière en terrasse sera très probablement plus chère dès ce 8 mai : voici pourquoi

Les terrasses se préparent à accueillir à nouveau leurs clients dès le 8 mai prochain. Il y a toutefois de fortes chances que le prix de la bière que vous y consommerez sera de 10% plus cher. "Les grandes brasseries augmentent elles-mêmes leurs prix en cette période de coronavirus. Nous devons donc nous aligner", explique Wim Van der Borght, gestionnaire de 23 établissements horeca en région anversoise. 

D’après la section de Flandre orientale de l’Unizo (Union flamande des entrepreneurs indépendants), le prix de la bière va très probablement augmenter d’environ 10%. "Dans mes établissements, les prix des bières vont également être revus à la hausse", indique Wim Van der Borght au micro de Radio 2 (VRT). "Jusqu’ici, une pinte coûtait 3,20 euros. Dès la réouverture, on demandera 3,50 euros", précise-t-il.

"Vous trouvez cela cher ?", poursuit l’entrepreneur anversois. "Les gens déboursent avec plaisir 5, 6 voire 7 euros sur une terrasse à Milan. Et à Anvers il faut que les prix restent bon marché ? Ce n’est pas réaliste", défend-il encore. 

Le coca aussi

"On n’a pas vraiment le choix", poursuit Wim Van der Borght. "Malgré la crise du corona, les grandes brasseries ont augmenté leurs prix, tout comme les producteurs de boissons fraîches. Un coca sera donc également plus cher chez nous lorsqu’on rouvrira nos terrasses".

La semaine dernière, le gouvernement fédéral a décidé de baisser jusqu’au 30 septembre la TVA à 6% dans l’horeca sur les boissons, alcoolisées ou non, ainsi que sur les repas. La hausse annoncée des prix peut dès lors sembler contradictoire pour certains. Chose que Wim Van der Borght réfute. "Cette mesure temporaire doit être perçue comme une sorte de compensation", souligne-t-il. "Il ne faut pas oublier que nos activités ont été paralysées durant quasi 7 mois. Pour notre secteur, l’eau nous arrive bien au-dessus de la bouche. Les gens pensent qu’on peut rapidement gagner de l’argent dans l’horeca, mais notre secteur connaît le plus grand nombre de faillites", précise l’entrepreneur. 

Chaque patron est libre d'adapter

Contactée par la rédaction de VRT NWS, Horeca Vlaanderen a fait savoir qu’augmenter les prix des consommations n’était pas une obligation. D’après l’organisation flamande de l’horeca, les patrons de café sont libres de déterminer eux-mêmes leurs prix, et d’éventuellement les adapter. 

Les plus consultés