A Maastricht, aux Pays-Bas les terrasses ont pu rouvrir ce mercredi midi.

Envie de prendre un verre à une terrasse aux Pays-Bas ? "S’il vous plait ne le faites pas"

Depuis ce mercredi midi, les établissements horeca aux Pays-Bas sont autorisés à rouvrir leur terrasse. Mais la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V), la gouverneure d'Anvers Cathy Berx et plusieurs bourgmestres des villes frontalières déconseillent vivement aux Belges de traverser la frontière pour se rendre aux Pays-Bas. "Nous savons que l’envie est très forte, que beaucoup de gens attendent cela avec impatience, mais nous demandons de ne pas le faire".

L'appel de la ministre Annelies Verlinden est très clair : "Ne vous rendez pas à Sluis, Breda ou Tilburg. Nous savons que l’envie est très forte, que beaucoup de gens attendent cela, mais ce genre de voyage n'est pas essentiel. Nous vous demandons donc de ne pas les planifier, de ne pas les faire."

Annemarie Penn, la bourgmestre de la ville néerlandaise de Maastricht a appelé les Belges à ne pas venir dans sa ville pour aller aux terrasses. Elle appelle les Belges à faire preuve de solidarité et à être encore patients. "Mais nous ne pouvons pas l'interdire", admet-elle. En Belgique, les terrasses ne seront pas rouvertes avant le 8 mai. Annemarie Penn dit que l'ouverture des terrasses dans sa ville est avant tout destinée à ses propres résidents.

Aux Pays-Bas, les terrasses sont autorisées à partir de ce mercredi à 12 heures et doivent être fermées à 18h00. Dans la province du Limbourg néerlandais, les autorités craignent un afflux de touristes Belges.

"Évitez les voyages inutiles et ne revenez aux Pays-Bas que dans des temps meilleurs. Malheureusement, ce n'est pas le moment de rendre visite à des amis ou de faire du shopping de l'autre côté de la frontière. Les Néerlandais, les Belges et les Allemands doivent se tenir à distance les uns des autres. Cela nous aide dans les trois pays dans la lutte contre le corona et cela sauve des vies, a soutenu, dans ce contexte, le ministre néerlandais de la Justice et de la Sécurité Ferd Grapperhaus. 

La ministre belge de l'Intérieur Annelies Verlinden a également souligné que la situation actuelle n'offrait aucune place pour les déplacements autres que ceux qui sont essentiels. "Nous devons montrer notre solidarité et assumer nos responsabilités non seulement au niveau national, mais aussi au niveau international. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons ralentir la propagation du virus en Belgique et aux Pays-Bas. Traverser la frontière pour une visite dans un café ou un restaurant ou pour faire du shopping pendant une journée favorise la propagation du virus des deux côtés de la frontière et n'est donc pas une bonne idée", a-t-elle commenté. Le ministre de l'Intérieur de l'État allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie Herbert Reul et son homologue Boris Pistorius de Basse-Saxe partagent ces points de vue, soulignant que ce n'est pas le moment de relâcher les efforts de prudence au risque d'anéantir tous les efforts antérieurs.

 

Les plus consultés