Dix-huit mois de prison et 800 euros d’amende requis contre un locataire de l'immeuble du Paardenmarkt à Anvers

Le ministère public a requis mercredi dix-huit mois de prison, dont la moitié avec sursis, et 800 euros d'amende à l'encontre de Hamdi C. (52 ans) de Sint-Niklaas, un des locataires de l'immeuble du Paardenmarkt à Anvers où s'est produite il y a trois ans une violente explosion. Il est poursuivi pour homicide involontaire et coups et blessures ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner.

Lors de l'explosion du 15 janvier 2018, trois bâtiments du Paardenmarkt ont été entièrement détruits. Paul Van Laerhoven (39 ans) et Sahil Noor (26 ans) ont perdu la vie cette nuit-là, 27 personnes ont été blessées et les dégâts matériels ont été énormes.

L'expert désigné a estimé qu'il s'agissait d'une explosion de gaz au premier étage du bâtiment au numéro 101. Quelqu'un avait ouvert un vieux compteur de gaz au sous-sol, permettant au gaz de s'échapper par un vieux tuyau. Ce tuyau n'avait pas été équipé d'un bouchon après des travaux. L'explosion a probablement été causée par l'allumage d'une cigarette ou d'une bougie.

Hamdi C. était locataire du Paardenmarkt 101 mais avait sous-loué les locaux commerciaux du rez-de-chaussée et les studios des premier et deuxième étages. C'est donc lui qui doit répondre de ses actes devant la justice. Plusieurs résidents le considéraient comme quelqu’un qui ne s'intéressait qu'à l'argent. Par exemple, il empochait 3 000 euros par mois de loyer, alors que lui-même ne devait payer que 1 000 euros au propriétaire. Il ne se souciait pas de la qualité de vie ni de la sécurité des résidents. Ces derniers se sont plaints que l'électricité tombait régulièrement en panne, qu'il y avait de la moisissure sur les murs, que les conduites d'eau fuyaient et qu'il y avait une odeur de gaz.

Selon un accord passé avec le propriétaire, il n'était pas autorisé à sous-louer ni à effectuer des travaux sans sa permission. "Mais il ne se souciait pas de ça. Il a fait remplacer un vieux brûleur à gaz mais n’a pas pu prouver qu'il avait fait appel à un installateur agréé pour ces travaux. Peut-être que quelqu'un a fait du bricolage au noir pour économiser sur les coûts. Et c'est ainsi que l'ancien robinet de gaz n'était pas scellé et que l'ancien tuyau de gaz n'était pas fermé, de sorte que le gaz pouvait circuler librement dans la pièce", a déclaré maître Walter Damen, au nom des proches d’une des victimes Paul Van Laerhoven.

Hamdi C. est poursuivi pour homicide involontaire, coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner et incendie involontaire. "Le fait que quelqu'un ait ouvert ce robinet de gaz au sous-sol ne l’exonère pas de sa responsabilité. En raison de son laxisme et de son avidité pour l'argent, les travaux sur le brûleur à gaz n'ont pas été effectués correctement. Quelques mois avant l'explosion, il avait déjà reçu des rapports faisant état d'une odeur de gaz, mais il n'a pas pris de mesures suffisantes et n'a pas non plus informé les propriétaires", a déclaré le procureur.

Hamdi C. continue de se décharger de ses responsabilités. Il a cité le propriétaire des lieux, car il estime que c'est à lui qu'incombe la responsabilité finale, et les frères qui tenaient la boutique du rez-de-chaussée. Ils avaient aussi accès au compteur de gaz, selon la défense.

"Le dégagement répété des responsabilités est très douloureux pour les proches des victimes. Ces derniers ne demandent pas une peine de prison, la seule chose qu'ils veulent, c'est qu'il reconnaisse qu'il a fait une erreur", a plaidé Maître Walter Damen.

Le partenaire de Paul Van Laerhoven était présent lors du procès. Il regardait la télévision avec la victime, chacun à sa place. Il est sorti indemne ; le corps de Paul a été retrouvé sous les décombres le lendemain matin. "Je veux pardonner à l'accusé, mais comment le faire avec quelqu'un qui n'a aucun sentiment de culpabilité ? J'espère qu'il prend quand même ses responsabilités", a-t-il déclaré à la cour.

Le procès se poursuivra la semaine prochaine. L'avocat de Hamdi C. devrait prendre la parole.
 

Les plus consultés