Chargement lecteur vidéo ...

Un journaliste de la VRT et Peter Gyselbrecht condamnés pour abus de droit dans le dossier du meurtre du châtelain

Le tribunal correctionnel de Bruges a condamné ce lundi le journaliste Bart Aerts (photo) et Peter Gyselbrecht à quatre mois de prison avec sursis pour abus du droit de consultation, dans le dossier des conversations téléphoniques diffusées dans un reportage de l’émission Terzake (VRT) à propos de l'enquête sur l'assassinat du châtelain de Wingene, Stijn Saelens.

Le 17 novembre 2016, l'émission Terzake (Canvas) avait, au cours d'un reportage, diffusé des conversations téléphoniques issues de l'enquête relative à l'assassinat de Stijn Saelens. Ces extraits laissaient suggérer que la famille de la victime influençait la justice brugeoise. Le procureur général de Gand a cependant jugé que ce n'était pas le cas.

Le beau-frère du châtelain, Peter Gyselbrecht, avait indiqué avoir transmis les enregistrements à la rédaction de la VRT, à la suite de quoi il avait effectué trois jours en détention préventive. Peter Gyselbrecht est le fils de l’ancien médecin André Gyselbrecht, qui a commandité le meurtre de son beau-fils Stijn Saelens.

Le 9 novembre 2020, il avait dû répondre d'abus du droit de consultation, avec le journaliste de VRT NWS Bart Aerts poursuivi comme co-auteur, et de la publication de communications non destinées au public. Son avocat soulignait que son client n'avait comme intention que de se défendre dans l'affaire de l'assassinat, pour laquelle il a été finalement mis hors de cause.

Barts Aerts, de son côté, soutenait qu'il n'avait fait que remplir son rôle de journaliste. Il était apparu au cours du procès que les images du reportage n'avaient pas été ajoutées au dossier, ce qui a provoqué des retards dans le dossier. Le tribunal a estimé que les prévenus avaient eu l'intention de porter atteinte à l'intégrité morale de la famille Saelens. Le verdict précise que le journaliste Bart Aerts pouvait dénoncer une éventuelle influence de la famille de la victime, mais pas se servir des enregistrements.

Les plus consultés