Des centaines d’enseignants supplémentaires pour résorber le retard scolaire

Le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts, a élaboré un plan pour tenter de résorber les retards d’apprentissage causés par l’épidémie de coronavirus, et plus particulièrement par les périodes de confinement et de cours à distance auxquels ont été confrontés les élèves. A terme, ce sont des centaines d’enseignants supplémentaires qui seront ainsi engagés. Le ministre souligne aussi l’importance du bien-être mental des jeunes et projette donc de renforcer les Centres d’encadrement des élèves (CLB).

Depuis mars 2020, les enseignants et élèves de tous les degrés et types d’enseignement ont été confrontés à plusieurs périodes de fermeture des écoles, de confinement et de cours donnés à distance (pour certains en alternance avec les cours en présentiel). Ce n’est que ce lundi 10 mai que les élèves des 2e et 3e degrés du secondaire ont ou reprendre à temps pleine les cours en présentiel dans leur établissement scolaire. Mais le ministre Weyts et nombre d’experts constatent que la crise sanitaire a beaucoup affecté les jeunes et notamment le niveau scolaire qu’ils sont parvenus à atteindre. Les effets seront à long terme.

Ben Weyts propose donc ce mardi un "plan de relance", avec deux grands axes : soutien à l’apprentissage et un bien-être mental accru à l’école. Pour tenter de résorber le retard scolaire dont sont victimes de nombreux élèves à la suite des périodes de confinement, il faudra engager des centaines d’enseignants supplémentaires. Au cours de l’année scolaire 2021-2022, le gouvernement flamand va donc injecter chaque mois 10 millions d’euros supplémentaires dans l’enseignement, afin de pouvoir engager 2.000 enseignants supplémentaires à temps plein.

A cela viendront s’ajouter dès septembre - mais aussi pour les années scolaires suivantes - quelque 27 millions d’euros supplémentaires pour engager de façon structurelle 540 nouveaux enseignants à temps plein, qui s’occuperont avant tout des élèves les plus vulnérables, qui sont souvent ceux qui ont accumulé un plus grand retard scolaire.

Egbert Hartman

Renforcer le rôle des Centres d’encadrement des élèves

Le ministre Weyts débloquera également 27 millions d’euros pour améliorer le bien-être mental des écoliers dans leur établissement. Cet argent devra avant tout servir à renforcer les Centres d’encadrement des élèves (CLB), afin qu’ils puissent continuer à soutenir élèves, parents et écoles dans le prolongement de la crise sanitaire.

Depuis le début de la crise du corona, ces centres ont assumé le traçage des contacts dans l’enseignement, mais dès l’année scolaire à venir ils doivent pouvoir assumer à nouveau leur rôle premier de soutien aux élèves, estime le ministre flamand de l’Enseignement. La plateforme numérique des CLB sera donc élargie, afin que les centres puissent prodiguer une aide de meilleure qualité via l’internet.

Un nouvel instrument numérique sera également introduit, qui permettra à tous les coordinateurs de soins et accompagnateurs d’élèves de mesurer chaque année le bien-être des écoliers, sur base d’une liste de questions élaborée de façon scientifique. "Nous allons veiller à ce que des choses positives émergent de la crise du coronavirus", lançait Ben Weyts. "Les problèmes liés au retard scolaire et au bien-être à l’école ne sont pas neufs, mais ils sont ressortis plus que jamais pendant la crise sanitaire. Nous allons donc relever le défi de façon structurelle ces prochaines années", concluait le ministre N-VA (photo, à dr.).

Les plus consultés