La bourgmestre de Saint-Trond Veerle Heeren (CD&V) fait un pas de côté

La bourgmestre de Saint-Trond (Limbourg) était sous le feu des critiques depuis un certain temps. Elle a finalement admis avoir été vaccinée avant la date prévue, selon ses propres termes, grâce à des doses excédentaires. 13 personnes de son entourage auraient également reçu le vaccin avant leur tour. Lors d'une réunion extraordinaire du conseil communal lundi soir, Veerle Heeren a donné plus d'explications. 

Selon Veerle Heeren, durant la phase de démarrage du centre de vaccination, il y avait souvent un surplus de vaccin et on lui demandait si elle ne voulait pas être vaccinée. "On m'a posé la question parce que j'étais présente quotidiennement au centre de vaccination et que je n'étais pas traitée différemment des autres bénévoles", a-t-elle déclaré lors du conseil communal, en visioconférence.

"Dans les premières semaines après l'ouverture du centre de vaccination, près de 1 000 vaccins risquaient d'être perdus", explique-t-elle encore. "Pour m'assurer qu'aucun vaccin ne soit perdu, j'ai transmis des noms de candidats à être vaccinés." En tout, j’ai transmis 13 noms", reconnaît-elle.

"Il ne s'agissait pas d'employés, mais de personnes de mon entourage immédiat qui me passaient par la tête : par exemple, mon fils, ma sœur, mes deux voisins et un ami. Je reconnais avoir commis une erreur."

Mme Heeren souligne toutefois qu'il ne s'agit "pas de corruption" ; elle a transmis des noms de personnes de manière spontanée. Il n'y avait pas de liste ni de système, selon elle. "Tous les candidats n'ont été appelés que lorsqu'il n'y avait plus d'autres options", dit-elle. C'était toujours à l'heure de fermeture du centre de vaccination, quand il n'y avait pas d'autre alternative. "Je l'ai fait pour aider le centre de vaccination dans la recherche des candidats à être vaccinés."
 

Pas de démission

Le conseil communal a toutefois estimé que la bourgmestre avait transgressé le code déontologique, lors d'un vote à l'unanimité lundi. Elle ne doit pas démissionner mais sera remplacée au poste mayoral par l'échevin Jelle Engelbosch (N-VA). 

Le plus grand parti d'opposition Vooruit réclamait sa démission mais les partenaires de coalition Open VLD et N-VA ont  continué de soutenir leur bourgmestre.

Un audit du gouvernement flamand avait été mené à ce sujet. La bourgmestre  reconnu son erreur mais souligné qu'elle avait été commise avec l'intention de faire le bien pour que des vaccins de restent pas inutilisés. Veerle Heeren réfute l'idée qu'il y aurait eu pression politique pour privilégier certaines personnes. "

Mme Heeren va temporairement céder l'écharpe mayorale au premier échevin Jelle Engelbosch (N-VA), a-t-elle confirmé à l'issue du conseil communal. Elle va se rendre disponible pour répondre à l'audit en cours lors des prochaines semaines.

"Saint-Trond n'a rien à cacher. C'est pourquoi je me mets à 100% à disposition de l'audit comme demandé par le ministre Bart Somers (Open VLD). Entre temps, le premier échevin Jelle Engelbosch sera le bourgmestre faisant fonction. Je compte sur le retour du calme", a commenté Veerle Heeren.
 

Les plus consultés