Un nouveau comité de concertation doit annoncer des nouveaux assouplissements 

Le comité de concertation se réunit à nouveau ce mardi matin pour actualiser son plan "Plein air" et décider des prochaines étapes dans l'assouplissement des mesures anti-Covid cet été. Au programme la réouverture des restaurants à l'intérieur, des centres de fitness et la possibilité d'élargir sa bulle de contacts intérieurs à quatre personnes.

Lors de leur réunion du 23 avril dernier, alors que les chiffres de contaminations et d'hospitalisations connaissaient un plateau, gouvernement fédéral et entités fédérées n'étaient pas parvenus à se mettre d'accord sur des perspectives pour l'été.

En quelques semaines, la situation a toutefois changé. Alors que le programme de vaccination progresse bien, les hospitalisations connaissent, elles, une tendance baissière, ce qui plaide pour de nouveaux relâchements.

Le gouvernement flamand a ainsi déjà échafaudé un "plan de la liberté" qui prévoit un retour à la vie normale d'ici au 1er octobre.

Si une série d'objectifs sanitaires sont atteints, les événements de masse rassemblant 5.000 personnes en extérieur, et 3.000 en intérieur, pourraient ainsi être autorisés dès juillet sur base de protocoles stricts.

Le gouvernement flamand veut aussi élargir la bulle de contacts intérieurs à quatre ou cinq personnes, contre deux actuellement. Pour août, la jauge pour les événements extérieurs pourrait être portée à 10.000 personnes, et 4.500 en intérieur.

Le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) semble sur la même longueur d'ondes. Alors qu'on attend toujours les résultats des premiers événements-tests, le chef du gouvernement a plaidé dimanche pour que de grands festivals puissent avoir lieu dès la seconde moitié de l'été, citant notamment Tomorrowland.

Et le secteur culturel ?

L'idée a immédiatement suscité la réaction amère d'Erika Vlieghe, la présidente du GEMS, ce groupe d'experts sanitaires qui conseille les autorités. Pareille mesure serait précipitée et contraire aux recommandations formulées par les scientifiques que le gouvernement ne semble plus vouloir écouter, a-t-elle déploré.

Outre ces grands événements, le comité de concertation devrait aussi se pencher sur le secteur culturel, qui se désespère d'une réouverture. Un feu vert pour une reprise (progressive) des spectacles, en ce compris en intérieur, est évoqué pour juin, mais doit être confirmé.

Ici aussi, l'évolution des courbes des contaminations, de l'occupation des soins intensifs, et des vaccinations sera déterminante.

Outre la culture, la reprise des compétitions de sport amateurs sera également sur la table mardi. À l'heure actuelle, celles-ci sont en effet toujours prohibées. Le sport n'est actuellement permis qu'en extérieur, par groupe de 25 maximum, et sans compétitions.

Le joli cafouillage autour des panneaux de plexiglass pour les terrasses devrait lui aussi être évoqué. Permis dans un protocole adressé au secteur la semaine passée, l'usage de ces parois pour rapprocher les tables n'avait finalement pas été permis par l'arrêté ministériel publié vendredi.

La bulle sociale, qui est passée à deux personnes en intérieur il y a peu, pourrait aussi éclater à l'occasion du prochain Codeco. Enfin, la question du télétravail, obligatoire jusque fin mai, devrait elle aussi être abordée par les autorités lors de cette réunion qui devait débuter à 9h00.

"Le télétravail obligatoire limite la diffusion du virus. Mais réduit les contacts sociaux entre travailleurs. Voici ma proposition au CodeCo de demain: permettre aux travailleurs de retourner un jour par semaine sur leur lieu de travail", a tweeté lundi le ministre de l'Economie et du Travail Pierre-Yves Dermagne (PS).
 

Les plus consultés