Accord au sein du gouvernement pour un "verdissement" du parc des voitures de société

Les principaux ministres fédéraux réunis en comité restreint ont dégagé dans la nuit de lundi à mardi un accord sur le principe du verdissement du parc des voitures de société. À partir de 2026, les voitures de société sans émissions de CO2 doivent devenir la norme. Il y aura également des incitations à installer davantage de bornes de recharge et le budget de la mobilité sera simplifié. Dans l’émission "De ochtend" (VRT), ce mardi matin, le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V) a donné quelques détails sur l’accord et a estimé que cela constituait un pas important vers le verdissement de notre parc automobile et une mobilité durable.

Le gouvernement fédéral a conclu un accord sur le verdissement des véhicules de société dans la nuit de lundi à mardi. "C'est une étape très importante pour le verdissement de la flotte et la durabilité de la mobilité", a déclaré le ministre des finances Vincent Van Peteghem (CD&V), ce mardi dans "De Ochtend" (VRT).

La coalition Vivaldi a déjà stipulé dans l'accord de coalition que toutes les nouvelles voitures de société devront être écologiques d'ici 2026. Après une série de discussions et de négociations préliminaires, le comité ministériel restreint est parvenu à un accord vers 1h30 du matin lundi soir. Cet accord prévoit que les contrats existants ne seront pas touchés. "Nous n'allons rompre aucun contrat existant", a confirmé le ministre Van Peteghem.

À partir de 2026, seules les voitures de société sans émissions de CO2, comme les voitures électriques, pourront bénéficier d'un régime fiscal avantageux. Dans un premier temps, elles seront déductibles à 100 %, mais ce taux sera ensuite ramené au niveau actuellement applicable aux voitures à essence et diesel. Le vice-premier CD&V affirme que l'impact budgétaire de la mesure sera suivi "de très près".

Outre le verdissement des voitures de société, le plan prévoit également des incitations à la mise en place d'infrastructures de recharge supplémentaires. Selon le ministre Van Peteghem, cela concerne aussi bien les bornes de recharge chez les particuliers que dans les entreprises et les lieux publics. Les personnes qui installent leur propre borne de recharge à domicile auront droit à une réduction d'impôt entre 2022 et 2024. " En 2022, cela représente une réduction d'impôt de 45 %. Ce pourcentage passera à 30 % en 2023 et à 15 % en 2024", a précisé Vincent Van Peteghem. 

Les entreprises sont également encouragées à installer des bornes de recharge grâce à une allocation d'investissement accrue.

Selon Vincent Van Peteghem, l'accord conclu devrait également rendre le budget de la mobilité "plus flexible et plus simple". Cela devrait surtout permettre aux gens d'opter plus facilement pour des modes de transport durables lorsqu'ils se rendent au travail.

Le comité ministériel restreint s'était entendu dans la soirée sur ces projets. Les ministres s'étaient déjà plongés dans les détails, mais n'avaient pas encore dégagé d'accord sur le dossier. 

Il revient que les partis de gauche au sein de la coalition appréhendaient l'impact fiscal des mesures, notamment la déductibilité fiscale des véhicules électriques. La crainte étant qu'en rendant ces voitures de société plus avantageuses encore, les problèmes de congestion s'en verraient encore une fois accrus.

Les plus consultés