Groen va proposer au gouvernement de prendre des sanctions ciblées contre Israël

Les écologistes flamands vont mettre sur la table du gouvernement une proposition de sanctions ciblées contre Israël. La présidente de Groen, Meyrem Almaci, l'a annoncé lundi soir dans l'émission "De afspraak" (VRT). Almaci propose de boycotter les produits provenant des territoires occupés par Israël et de bloquer les flux financiers vers ces zones. "Je pense qu'il devrait maintenant y avoir une pression internationale ferme, que notre pays au sein de l'Europe puisse prendre l'initiative dans ce domaine", a déclaré Meyrem Almaci.

"Il est temps de protéger ce qui est vraiment sacré à Jérusalem et à Gaza : les vies humaines." C'est sous ce titre que la présidente des Verts flamands Meyrem Almaci a publié une carte blanche dans le quotidien De Morgen. La patience d'Almaci à l'égard du "conflit qui s'envenime" au Proche-Orient est à bout. "Être profondément concerné ne suffit plus. Il est temps de s'attaquer à la cause de ce conflit".

Ce faisant, Meyrem Almaci envisage une série de mesures visant à amener le gouvernement israélien à la table des négociations pour mettre fin au conflit avec les Palestiniens, qui connaît actuellement une quatrième escalade.

"Je préconise des mesures différenciées", a déclaré Almaci dans "L'accord", qui devrait mettre fin à ce qu'elle appelle la politique d'annexion d'Israël. Plus précisément, elle envisage d'étudier un boycott des produits provenant des colonies israéliennes "qui sont des territoires occupés et donc illégaux".
 

Gel des avoirs

En outre, Meyrem Almaci propose également un "gel des avoirs" qui aurait pour effet de bloquer les flux financiers des pays susmentionnés. "Je pense qu'il doit y avoir une pression internationale ferme, que notre pays soit autorisé à prendre l'initiative au sein de l’Europe dans ce domaine et que l'Europe puisse prendre l'initiative, pour faire pression et provoquer un changement."

Meyrem Almaci note que les mesures proposées ne constituent pas encore une politique décidée, mais que les Verts mettront cette question sur la table du gouvernement fédéral, "dans l'espoir qu'avec d'autres pays, il y aura enfin une pression pour amener Israël à la table des négociations." 

"En plus des mots que nous entendons depuis 20 ans, je veux entendre comment les gens vont progresser dans ce domaine. Nous disons que ces mesures doivent être mises en place, sinon vous ne parviendrez jamais à progresser."

Les plus consultés