Copyright:John Twohig

Une garden party avec 50 personnes à condition d'engager un traiteur ? Une mesure à confirmer

Le ministre président flamand Jan Jambon (N-VA) a déclaré dimanche que les garden-parties de 50 personnes seront autorisées cet été si elles sont organisées avec un traiteur professionnel. Jan Jambon faisait référence aux règles applicable au secteur horeca. Toutefois, cette mesure doit encore être confirmée par un arrêté ministériel. Entre-temps, les propos du ministre président flamand ont fait l’objet de nombreuses critiques.

"Il sera possible d’organiser une fête dans son jardin ou sa terrasse avec plus de 10 personnes cet été, à condition toutefois de faire appel aux services d’un traiteur professionnel". C’est en tous cas ce qu’a déclaré, ce dimanche, le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) interrogé par la télévision locale anversoise ATV

Qu’a déclaré exactement Jan Jambon ?

"Comment faut-il faire pour organiser une fête à l’extérieur ? En confiant la garden-party à un traiteur professionnel", a déclaré Jan Jambon dimanche. Son raisonnement est le suivant : "Tout ce qui est organisé en juillet et août doit se faire avec un professionnel."
Ainsi, vous n'avez pas le droit d'organiser une garden-party avec 50 invités, "à moins que vous ne fassiez appel à un traiteur professionnel". "Que ce soit dans une salle de banquet ou à votre domicile, si un traiteur professionnel s'occupe du repas et s'assure également que tout est conforme aux règles sanitaires."
 

Quelles sont les règles ?

Selon Jan Jambon, les règles applicables aux garden-parties organisées par des professionnels sont les mêmes que celles qui s'appliquent actuellement au secteur horeca: quatre personnes maximum par table, une distance minimale d'un mètre cinquante entre les tables, le masque obligatoire pour le personnel et les convives qui ne sont pas assis à la table, fermeture à 22 heures...

Après le comité de concertation, c'est la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) qui fixe chaque fois les nouvelles règles dans un nouvel arrêté ministériel. Or, les mesures sur l’organisation de fêtes privées n'ont pas encore été coulées dans un arrêté ministériel. Ce dernier doit encore être publié par le ministère de l'Intérieur. Dans une brève réaction écrite à la décision de Jan Jambon, Annelies Verlinden a déclaré qu’ "il fallait encore apporter des éclaircissements sur ce point".
 

Peut-on parler d’inégalité de traitement ?

Les propos du ministre président flamand ont fait réagir les traiteurs, qui refusent de jouer le rôle de contrôleur, mais aussi de certains poluitiques qui estiment que ces propos donnent l'impression que celui qui a de l'argent peut faire plus. Certains estiment qu’en interprétant la règle, Jan Jambon a créé de l’inégalité. 

Ainsi le chef de groupe des écologistes flamands au conseil communal d’Anvers Imade Annouri (Groen) estime sur Twitter que "le royaume de la liberté n'est plus qu'à un pas... du moins pour ceux qui ont un jardin et qui peuvent se payer un traiteur. Pour les autres, tant pis".

Les plus consultés