Les garden-parties à 50 tout de même autorisées sans traiteur professionnel

À partir du 9 juin, il sera possible de réunir 50 personnes à l'extérieur sans devoir faire appel à un traiteur professionnel. C’est ce qu’a déclaré mardi soir le ministre-président flamand Jan Jambon (photo) lors de l'émission "Cooke & Verhulst Show" sur la chaîne Play Vier. Il avait auparavant consulté le Premier ministre Alexander De Croo à ce sujet, suite à de nombreuses critiques. Mais la façon dont le changement de directive a été annoncé par le ministre-président flamand suscite à nouveau des critiques, notamment de politiques et de virologues mais aussi de traiteurs.

Au lendemain du dernier Comité de concertation (Codeco), Jan Jambon avait été interrogé par ATV sur les règles régissant les réunions dans les jardins. Le ministre-président flamand avait répondu que les groupes de 11 à 50 personnes ne seraient autorisés à se réunir que dans le respect des règles en vigueur dans l'horeca et avec un traiteur professionnel.

Cette annonce avait fait grand bruit, avant même que la mesure ne figure dans l'arrêté ministériel fédéral, qui est en cours de finalisation. On reprochait notamment au Codeco de favoriser ainsi les personnes qui possèdent un jardin et celles qui ont les moyens financiers de s’offrir les services d’un traiteur.

Jan Jambon a donc eu une réunion avec le Premier ministre Alexander De Croo mardi et il a été décidé d'être plus flexible. "Nous allons autoriser les garden-parties jusqu'à 50 personnes à partir du 9 juin prochain, date à laquelle un assouplissement supplémentaire pourra avoir lieu", a déclaré Jambon sur la chaîne commerciale Play Vier. "Traiteur ou pas traiteur, ça n'a pas d'importance. Le protocole qui s'applique aujourd'hui aux terrasses s'appliquera également aux événements dans les jardins." "Cela signifie donc, entre autres, quatre personnes par table et une distance suffisante entre les tables", a encore ajouté le ministre-président.

"Les traiteurs étaient autorisés à donner des banquets et réceptions, et j’ai donc estimé assez logique qu’ils puissent aussi servir dans les jardins de particuliers", indiquait Jambon pour préciser ce qu’il avait expliqué à VRT NWS dimanche. "'Mais nous avons constaté que la mesure suscitait trop d’incompréhension au sein de la population. Raison pour laquelle, en concertation avec les collègues du Codeco, nous avons élaboré une nouvelle règle. Il est important que les mesures que nous décrétons soient aussi supportées par la population".

"Est-ce ainsi que nous voulons informer la population?"

Le président du CD&V, Joachim Coens (photo), a réagi avec agacement à la façon dont Jan Jambon a communiqué le revirement à la population. "Est-ce ainsi que nous voulons informer les gens ? A savoir pendant un “talkshow”, alors que beaucoup de spectateurs regardent la demi-finale du concours Eurovision de la chanson".

Ce mercredi matin, Joachim Coens précisait encore le contenu de son tweet, au micro de Radio 1 (VRT). Le président des démocrates-chrétiens flamands plaide avant tout pour une communication claire et avouait ne pas encore savoir exactement ce qui est permis ou pas finalement pour une garden-party. "Si elles doivent suivre les règles de l’horeca, doivent-elles aussi terminer à 22h ?", questionnait Coens.

Le Premier ministre Alexander De Croo a indiqué mardi soir que les notifications du Comité de concertation de la semaine dernière ont été explicitées. Les garden-parties rassemblant jusqu’à 50 personnes sont donc autorisées sans les services d’un traiteur. Ces notifications doivent encore être coulées en un Arrêté ministériel fédéral, qui ne pourra être publié qu’après l’avis positif du Conseil d’Etat. "Cela aura lieu aussi vite que possible", précisait la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden.

Dans le journal télévisé de la VRT, ce mercredi midi, le président des socialistes flamands Conner Rousseau plaidait également pour davantage de clarté et de logique dans les règles sanitaires annoncées par le Codeco. Et il proposait à nouveau que les tests corona fassent partie intégrante de la politique de déconfinement.

Quant à l’infectiologue Erika Vlieghe (photo), elle se montrait inquiète face à l’autorisation à la population d’organiser des fête au jardin avec jusqu’à 50 personnes. "Nous risquons de perdre l’avance que nous avons prise sur le virus", expliquait Vlieghe à la VRT.

Les plus consultés