ROBIN UTRECHT

Des équipes mobiles vaccinent les sans-abris à Bruxelles

La campagne de vaccination des personnes sans-abri à Bruxelles a débuté mercredi, sur le terrain. Elle se déroulera au cours des quatre prochains mois et concernera environ 5.000 personnes en situation de précarité. C’est ce qu’a annoncé la Commission communautaire commune (Cocom).

La vaccination se fait sur base d'un consentement verbal individuel, sous la supervision d'un médecin et les éventuels effets indésirables seront surveillés. "L'objectif pour le secteur de l'aide aux personnes sans-abri et/ou migrantes et les secteurs connexes est de permettre un accès gratuit et inconditionnel à la vaccination à toute personne le souhaitant, moyennant un consentement éclairé de la personne", expliquait Frank Vanbiervliet, chargé de mission chez Bruss'help, qui coordonne les dispositifs d'aide d'urgence et d'insertion aux personnes sans-abri en Région de Bruxelles-Capitale.

La campagne de vaccination est organisée en collaboration cet organisme, de même que la Cocom et d'autres acteurs du terrain, forts de leur connaissance de la population précarisée et de leur relation de confiance avec ce public. Ce mercredi, les premiers vaccins étaient administrés dans les centres d’accueil pour sans-abris de la capitale.

Pour atteindre un taux d'adhésion le plus élevé possible, des équipes mobiles sont également déployées dans le cadre de cette campagne, afin de rencontrer les personnes vulnérables soit dans des structures d'accueil, d'urgence et d'hébergement non-agréée, soit en maison d'accueil agréée ou en squat, explique la Cocom. Toutefois, la vaccination dans un centre est aussi possible.

"Une personne précarisée sur deux qui vit dans la rue serait prête à se laisser vacciner. Malgré la campagne de sensibilisation, il reste difficile pour ces personnes de faire le pas", indiquait Inge Neven de l’Inspection bruxelloise de la Santé. "Nous travaillons aussi avec le vaccin Johnson & Johnson, dont il ne faut donner qu’une seule dose".

Les équipes mobiles devrait administrer quelque 500 vaccins par semaine, afin de parvenir à vacciner environ 5.000 personnes précarisées au cours des prochains mois.

Belga

Les plus consultés