Membre de Knights of Flanders, passé par la Bosnie, l’Irak et l’Afghanistan : qui est Jurgen Conings ?

Pour la troisième journée consécutive, la police est sur le pied de guerre pour retrouver un militaire belge, lourdement armé, et qui menace de perpétrer un acte terroriste contre le régime et des virologues. Mais qui est cet homme ? Quel est son parcours ? Le journaliste Bram Vandeputte, de l’émission Terzake (VRT), en a dressé le portrait.

Les informations concernant le dangereux individu n’ont pas été très compliquées à trouver, puisque beaucoup d’entre elles se trouvent sur le Net.

Jurgen Conings, âgé de 46 ans, travaille depuis 1992 pour la Défense. Il a dans ce cadre participé à un grand nombre de missions à l’étranger. Sa carrière a débuté en Ex-Yougoslavie, puis s’est poursuivie en Bosnie, au Kosovo, et au Liban. Ces dernières années, il a mené différentes opérations en Afghanistan et en Irak.

Sur place, il aurait acquis de l’expérience en tant que sniper ou tireur d’élite. C’est sans doute la raison pour laquelle les Services de sécurité sont aussi nerveux face aux intentions du soldat qui, dans différentes lettres, a émis de menaces d’attaques contre le régime. 

Possession d’armes lourdes

Outre son expérience, les armes que Jurgen Conings a pu dérober mardi de la caserne inquiètent aussi les autorités. Concrètement, il s’agit de quatre lance-roquettes M72, que l’on peut considérer comme le successeur du Bazooka, et qui sont capables de transpercer des véhicules blindés.

Le militaire détient également un pistolet FN Five-seveN ainsi qu’une mitraillette P90 qui peut percer les gilets pare-balles. Hier/mercredi, les quatre lance-roquettes ont été retrouvés dans la voiture de l’individu, mais les autres armes sont toujours en circulation. 

Membre des Knights of Flanders

Au sein de la Défense, Jurgen Conings était déjà sous les radars, notamment parce qu’il entretenait un lien étroit avec un néonazi condamné. D’après les informations de la VRT, le militaire est également membre de Knights of Flanders, un groupe d’extrême droite assez récent qui a fait l’objet d’un signalement des Services de sécurité l’an dernier.

Selon les services de renseignement, ce groupe diffuse notamment sur la Toile des théories du complot liées au coronavirus et dans l’intention de nuire aux autorités belges. 

Sur la liste de l’OCAM

Ces différents éléments de son profil ont mené Jurgen Conings à figurer sur la liste de l’OCAM, l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace. Selon l’OCAM, l’individu est un extrémiste potentiellement dangereux.

On ne sait pas exactement combien de militaires se trouvent aujourd’hui sur la liste de l’OCAM. Mais d’après la liste des services de sécurité militaires, 30 soldats sont aujourd’hui surveillés de près pour leur sympathie avec l’extrême droite. 

Les plus consultés