Deux décès "probablement liés" à l'administration d'un vaccin

Pour la première fois depuis le début de la campagne de vaccination en Belgique, un lien de causalité avec un vaccin contre le coronavirus est considéré comme probable concernant deux décès. C'est ce qui ressortait jeudi de l'état des lieux hebdomadaire publié par l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Les deux cas concernent le Vaxzevria, le nouveau nom du vaccin produit par AstraZeneca. Il s’agirait de deux femmes, respectivement dans la quarantaine et la cinquantaine. On ne sait pas si elles possédaient des pathologies sous-jacentes. "Il s’agit d’effets secondaires extrêmement rares", indiquait à VRT NWS la vaccinologue Isabel Leroux-Roels.

Le premier décès est un cas de syndrome d'hyperperméabilité capillaire, une maladie rare où le nombre et la taille des pores des capillaires augmentent, déclenchant une fuite de liquide du sang vers le liquide interstitiel, ce qui entraîne une baisse dangereuse de la pression sanguine. L'autre cas s'est caractérisé par une thrombocytopénie immunitaire, lors de laquelle les patients produisent des anticorps qui se fixent à la surface de leurs propres plaquettes.

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) considère qu'un lien avec la vaccination au Vaxzevria est "probable" dans les deux cas. Au 18 mai, l'AFMPS a reçu un total de 14.601 rapports d'effets indésirables faisant suite à une vaccination contre le Covid-19. Au cours de cette période, 3.899.953 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin. Parmi ceux-ci, 4.639 rapports ont été enregistrés dans la base de données européenne de pharmacovigilance Eudravigilance.

La grande majorité de ces rapports concernaient de la fièvre, des douleurs musculaires, une sensation de malaise et des réactions au site d'injection. "Ces réactions sont des effets indésirables connus et sont décrits dans la notice. Ces réactions sont normales et indiquent une activation du système immunitaire. Elles disparaissent généralement après quelques jours", indique l'AFMPS.

Pour les vaccins à ARNm (Pfizer/BioNTech et Moderna), ces effets indésirables ont été plus fréquemment signalés après l'administration de la deuxième dose, tandis qu'avec le vaccin d'AstraZeneca, ils ont été le plus souvent rapportés avec la première injection.

L'AFMPS a considéré 3.077 signalements comme sérieux, principalement en raison d'une incapacité temporaire de travailler ou de quitter la maison. Dans 126 cas, des décès ont été signalés. Toutefois, à l'exception de deux cas, aucun lien de causalité formel avec un vaccin n'a été établi. L'AFMPS demande aux personnes de continuer à signaler les effets indésirables via www.notifieruneffetindesirable.be.

Les plus consultés