La Belgique a réduit le nombre de places d'accueil pour demandeurs d'asile

Depuis janvier, 1.916 places ont été progressivement supprimées dans le réseau d'accueil des demandeurs d'asile, en raison de la diminution de la demande. Ces places sont soit fermées définitivement (413 places), soit désactivées (1.503), a précisé ce vendredi le Secrétaire d’Etat à l'Asile et la Migration Sammy Mahdi (CD&V).

Le Secrétaire d’Etat met en avant son intention d'instaurer, avec l'agence Fedasil, "un réseau d'accueil stable avec un système de tampon dynamique". D'ici l'été, une décision doit être prise sur la capacité tampon souhaitable, annonce Sammy Mahdi.

"Les places tampons sont nécessaires pour éviter que les communes ne doivent ouvrir un centre d'accueil à trop brève échéance. Grâce aux places tampons, nous veillons à ce qu'un centre d'asile en partie désactivé puisse être pleinement réactivé en cas de besoin. De cette façon, les communes ne sont pas mises sous pression", explique Sammy Mahdi.

Les places tampons sont réparties sur l'ensemble du réseau. Si des sites ont été fermés, d'autres ont également ouvert. Ainsi, ces derniers mois, des fermetures ont eu lieu ou sont en passe d'avoir lieu à Theux, Kalmthout (photo), Foyer Bodegem (Bruxelles) et Samu Béjar (Neder-over-Heembeek). La capacité a aussi été réduite dans plusieurs centres d'accueil qui restent opérationnels avec une occupation réduite comme à Bourg-Léopold où l'occupation a été réduite à un maximum de 300 personnes. À Liège, un centre d'accueil a à l'inverse été mis en place, pouvant accueillir 500 personnes.

Cela porte le nombre de places aujourd'hui disponibles à 27.635, communique le Secrétaire d'État à la Migration. Environ 85% des places sont actuellement occupées.

Les plus consultés