Egbert Lachaert : "Le Vlaams Belang doit condamner le soutien affiché à Jürgen Conings"

Pour le président de l'Open VLD Egbert Lachaert, le Vlaams Belang doit désapprouver ouvertement les actes commis par le militaire fugitif, Jürgen Conings, ainsi que les manifestations de soutien affichées à son égard. Sur les réseaux sociaux, le soutien à Conings ne cesse de croître. 20 000 personnes ont déjà rejoint un groupe Facebook. Selon Lachaert, qui s'exprimait ce samedi matin dans l’émission "De ochtend" sur Radio 1 (VRT), "le Vlaams Belang doit adresser un signal clair à ses partisans".

Pour Egbert Lachaert, il est clair que le Vlaams Belang a un rôle important à jouer dans l'affaire Jürgen Conings. Ce militaire a disparu lundi, a emporté des armes lourdes dans un dépôt de l'armée et a menacé de s’en prendre à certaines personnalités. Il a des sympathies pour l'extrême droite et est considéré comme potentiellement dangereux. Une vaste opération de recherche avec des centaines de policiers et militaire n'a toujours rien donné.

Le Vlaams Belang alimente la radicalisation

Egbert Lachaert, président de l'Open VLD

Dans l’émission "De ochtend" sur Radio 1 (VRT), Egbert Lachaert a souligné les idées d'extrême droite de Jürgen Conings. "Cette radicalisation est également alimentée par certains partis. Je parle du Vlaams Belang. Car si vous avez le djihadiste qui porte une bombe, se fait exploser et fait des victimes innocentes, en l'occurrence ici Jürgen Conings, mais vous avez aussi les imams qui prêchent la radicalisation sur les réseaux sociaux et les sites internet. Et certaines de ces personnes sont aussi dans notre parlement".

Et Egbert Lachaert pointe du doigt Tom Van Grieken, le président du Vlaams Belang, mais aussi le député Dries Van Langenhove. "Il n'est pas étonnant que les personnes qui suivent les idées de Dries Van Langenhove se radicalisent. Le Vlaams Belang a une responsabilité dans ce domaine", dit Lachaert.

Le président de l'Open VLD fait immédiatement le lien avec le soutien dont bénéficie Jürgen Conings sur les réseaux sociaux. "Ce type de soutien n'est pas acceptable. Et c'est aussi au Vlaams Belang et à Tom Van Grieken de le dire, car ce sont leurs partisans qui agissent ainsi." Egbert Lachaert veut donc que Tom Van Grieken envoie un signal à ses partisans. "Mais il ne le fait pas." Selon Lachaert, le Vlaams Belang donne ainsi un "coup de pouce" à la polarisation et à la radicalisation de la société.

Dans une réaction sur Twitter, le Vlaams Belang n’a pas du tout apprécié la comparaison que Lachaert fait entre le parti et les imams radicalisés : "Egbert Lachaert n'est-il pas honteux ? Quelle comparaison dégoûtante. Qui est réellement responsable de la polarisation ? N'est-ce pas le parti qui est au pouvoir sans interruption depuis 22 ans et qui, à chaque fois, ignore complètement le signal de la population ?" écrit le Vlaams Belang.

Invité de l’émission "De afspraak" (Canvas), vendredi soir, Tom Van Grieken a indiqué qu'il considèrait son parti comme "une soupape" et que son parti était précisément un moyen contre la polarisation. "C'est une chance qu'il y ait un Vlaams Belang", a déclaré Tom Van Grieken. "Les gens ont le sentiment que nous avons dit les choses qu’ils pensaient et que nous sommes la soupape pour beaucoup de frustrations refoulées, nous sommes donc le meilleur vaccin contre la polarisation".

Les plus consultés