Le Vlaams Belang reste le plus grand parti en Flandre et Alexander De Croo, le politicien le plus populaire

La participation au gouvernement fédéral des partis flamands qui composent la coalition Vivaldi ne leur bénéficie guère en termes d'intentions de vote. Près d'un électeur sur deux donne sa voix aux nationalistes de la N-VA ou au parti d'extrême droite Vlaams Belang. Les deux formations tirent parti de la frustration liée à la gestion de la crise sanitaire en Belgique, ressort-il samedi de "De Stemming, (le Scrutin) un large sondage commandé par De Standaard et VRT NWS en collaboration avec l'Université d'Anvers et la VUB. 

Si des élections avaient lieu maintenant le Vlaams Belang et la N-VA obtiendraient une majorité au Parlement flamand.

Le Vlaams Belang rafle ainsi les voix d'environ un quart des électeurs, tandis que la N-VA séduit 1/5e des sondés. Les présidents Tom van Grieken (VB) et Bart De Wever (N-VA) comptent parmi les politiciens les plus populaires en Flandre, seul le Premier ministre Alexander De Croo les devance.

Au cours de l'année écoulée, le Vlaams Belang, qui était la formation politique la plus importante au nord du pays lors des élections générales du 26 mai 2019, n'a pratiquement rien perdu de son attrait, bien que sa thématique de prédilection, l'immigration, soit passée au second plan en raison de la crise du coronavirus. Mais le contexte pandémique lui permet quand même de continuer sa progression. "Le Vlaams Belang exploite la méfiance", analyse Stefaan Walgrave, qui a coordonné l'enquête avec le chercheur Jonas Lefevere (VUB).

Derrière le Vlaams Belang et la N-VA on trouve des plus petits partis comme Vooruit, l'Open VLD et le CD&V. Le Vooruit de Conner Rousseau devance quelque peu les deux autres partis. L'ancien SP.A est également le seul à avoir progressé par rapport au sondage précédent et aux élections (même s'il faut toujours être prudent avec ce genre de comparaison en raison de la marge d'erreur). Les thèmes défendus par Vooruit, comme les soins de santé, l'emploi, les pensions et la sécurité sociale sont aussi les thèmes qui intéressent le plus les Flamands, d'après ce sondage.

Le CD&V par contre perd des plumes sur tous les fronts, tant à droite qu'à gauche. Le parti pâtit de son invisibilité, de son manque de thématique claire et de l'absence de personnalité charismatique. Le parti démocrate-chrétien perd des électeurs au profit de la N-VA, du Vooruit et de l'Open VLD. Le CD&V ne parvient pas à se démarquer même sur des thématiques avec lesquelles il marquait pourtant des points dans le passé.

D'après ce sondage, l'Open VLD est identifié plus que les autres partis à l'économie, le Vlaams Belang à la migration, Groen à l'environnement et à la mobilité, et la N-VA à la réforme de l'État. La N-VA ne peut revendiquer qu'un seul thème - le communautaire- et doit laisser les autres prendre l'initiative lorsqu'il s'agit, par exemple, de migration, d'économie ou d'emploi. 

Pour sa part, le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) est devenu le politicien le plus populaire de Flandre. Il est le seul libéral dans le top 20 des personnalités politiques les plus populaires.

Ce sondage a été réalisé entre le 29 mars et le 19 avril auprès de 1.908 électeurs en Flandre, interrogés en ligne par l'agence Kantar TNS.
 

Les plus consultés