Un officier supérieur condamne le soutien de militaires à Jürgen Conings

Le lieutenant général Marc Thys, numéro deux de le Défense, a condamné le soutien que certains militaires ont apporté au fugitif Jürgen Conings. Il dit sur Twitter. "Quel que soit son état de service, il s'est complètement détourné des valeurs de l'organisation."

Jürgen Conings, introuvable depuis lundi soir, a menacé de s'en prendre à des symboles de l'État ainsi qu'à des personnalités. Fiché par l'Ocam pour ses idées d'extrême droite, il avait déjà été sanctionné par la Défense. Ce qui ne l'a cependant pas empêché d'avoir accès à des armes lourdes. 

L'homme a reçu de nombreux soutien sur les réseaux sociaux. Plus de 25 000 personnes ont déjà rejoint un groupe de soutien à Conings sur Facebook et parmi eux de nombreux militaires. Un soutien que déplore Marc Thys. "C'est quelque chose que je vois avec consternation", écrit-il sur Twitter. "Quel que soit ses états de service, il a rompu son serment de soldat par son comportement et son action. Il s’est complètement détourné des valeurs de l'organisation. Rien, mais rien, ne peut excuser ses actes."

Le lieutenant général s’adresse ensuite directement à "ses" militaires : "Ne vous laissez pas emporter par votre frustration, parfois justifiée. Ne laissez pas les médias, parfois à la recherche de sensations, vous mettre en colère. Soyez les ambassadeurs de notre organisation. Expliquez les nombreuses bonnes choses que nous faisons aujourd'hui. Sur le sol national et à l'étranger."

"Ne soyez donc pas suiveurs, mais pensez à nos valeurs et vivez-les", poursuit-il. " Pour ceux qui font la comparaison avec Rambo ou Robin des Bois : " Ce n'est pas du cinéma ! ". D'ailleurs, je ne peux pas imaginer quel rôle de 'héros' il aurait pu jouer."

"Nous sommes dans une "période difficile", mais ce n'est pas un soutien malencontreux qui va améliorer la situation. Pour ceux qui pensent que le racisme et les menaces de mort ont leur place chez nous. Désolé, vous avez tort ! C'est complètement faux !"

De son côté la ministre de la Défense Ludivine Dedonder a déclaré que  "les extrémistes, les fascistes et les racistes n'ont pas leur place à la Défense".
 

Les plus consultés