Une dizaine de personnes bénéficient d’une protection policière supplémentaire contre Jürgen Conings

Une dizaine de personnes, parmi lesquelles le virologue Marc Van Ranst, bénéficient d'une protection supplémentaire contre le militaire en fuite Jürgen Conings. L’information a été révélée lundi par le quotidien Het Nieuwsblad et a été confirmée à la rédaction de VRT NWS. Ces personnes pourraient être des cibles de l'homme lourdement armé.

En plus du virologue Marc Van Ranst, un certain nombre d'autres personnalités bénéficient d'une protection supplémentaire. Ce groupe de personnes ne comprendrait pas d'autres virologues, mais un avocat, ont appris les journaux à bonnes sources. On ne sait pas exactement ce que lui et les autres personnes concernées ont à voir avec l'affaire, mais la police craint qu'ils ne soient la cible du militaire en fuite. La protection policière peut varier, elle peut par exemple se limiter à des patrouilles supplémentaires à proximité d'une habitation.

Certains médias ont aussi cité le nom de la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS). Quant au virologue Marc Van Ranst il avait annoncé lui-même se trouver en un lieu sûr. Ce dernier avait été placé en sécurité ainsi que sa famille très peu de temps après la disparition de Jürgen Conings, après que l’enquête ait montré que Conings s’était caché durant plusieurs heures près de la maison de Van Ranst à Willebroek le soir de sa disparition.

Évidemment, toutes les personnes qui bénéficient d'une protection supplémentaire ne sont pas placées dans une "safe house". Il s’agit là d’une des mesures les plus radicales. La protection policière supplémentaire peut être assurée de différentes manières, et varie également selon le groupe de personnes figurant sur cette liste. 

Par exemple, il peut s'agir uniquement de patrouilles de police supplémentaires à proximité de l’habitation. Outre les personnes, certains lieux peuvent également bénéficier d'une protection policière. Dans l'affaire Conings, il était déjà question d'une protection policière supplémentaire devant quelques mosquées du Limbourg.
 

Les recherches effectuées durant le week-end n’ont toujours rien donné

Le week-end dernier, plusieurs recherches ont encore été menées pour retrouver le militaire armé et potentiellement dangereux. Elles ont eu lieu dans les environs du parc national de la Haute Campine, dans le Limbourg. Mais il n'y a toujours aucune trace du fugitif. Le parquet fédéral a déclaré que, pour l'instant, il continuait de penser que Jürgen Conings était vivant, car rien n'indiquait le contraire.

 

Les plus consultés