10 ans et 5 millions d’euros pour réparer les dégâts causés par l'incendie au domaine de Brecht

Pour réparer les dégâts du grand incendie qui a détruit la réserve naturelle de Brecht, 5 millions d'euros et une période 10 ans seront nécessaires. C'est ce que révèle une première estimation de l'Institut de recherche sur la nature et les forêts (Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek) et de l'Agence pour la nature et les forêts (Agentschap Natuur en Bos). "Nous n'avons pas d'autre choix que de nous mettre immédiatement au travail et de tenter de réparer minutieusement les dégâts", a déclaré la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir (N-VA), elle a annoncé par ailleurs vouloir mettre en demeure la ministre de la Défense Ludivine Dedonder (PS).

Il est apparu immédiatement que le grand incendie du stand de tir dans le domaine militaire de Brecht avait causé beaucoup de dégâts : 570 hectares de réserve naturelle dont 15 % de lande sèche ont été réduits en cendres le 23 avril après une grave erreur lors d'un exercice de tir de l'armée.

Vendredi dernier, VRT NWS a révélé la cause exacte : l’incendie du Groot Schietveld à Brecht et Wuustwezel serait dû à l’utilisation de munitions au phosphore, alors qu’elles étaient interdites à ce moment-là en raison d’une sécheresse, le "code jaune" était d'application.  En plus de la cause, les conséquences financières de l'incendie apparaissent maintenant clairement. Une estimation de l'Institut de recherche sur la nature et les forêts et de l'Agence pour la nature et les forêts montre que 5 millions d'euros et une période 10 ans seront nécessaires pour réparer les dommages causés à la lande.

Dans l'émission "De ochtend" sur Radio 1 (VRT), la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir, a déclaré qu'il faudrait beaucoup de temps et d'efforts pour réparer complètement les dégâts. De grandes zones devront être labourées (raclées) pour enlever la couche supérieure du sol brûlé. Ces travaux débuteront à l'automne.
 

Molinia caerulea

À terme, quelque 1 000 moutons seront également mis au travail. À l'heure actuelle, 400 de ces ruminants sont déjà à l’œuvre sur la lande brûlée. Les herbivores sont censés empêcher la Molinia, une espèce de graminée de faible valeur, d’envahir la lande et de détruire le biotope pour la faune et la flore de plus de valeur comme les bruyères.

Afin d'éviter que la Molinia ne prenne le dessus sur les bruyères, la ministre Zuhal Demir veut commencer la restauration de la nature le plus tôt possible. "La Flandre n'est pas grande. Nous avons déjà très peu de nature. Si vous perdez 570 hectares de nature d'un seul coup, dont une très grande partie de landes, vous n'avez pas d'autre choix que de vous mettre immédiatement au travail et d'essayer de réparer les dégâts en profondeur."

Mise en demeure

La semaine dernière, la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) avait déjà annoncé qu'elle tenait la ministre fédérale de la Défense Ludivine Dedonder (PS) pour responsable de l'incendie. Dans "De ochtend", Zuhal Demir a expliqué pourquoi.

"L’incendie a eu lieu il y a plus d'un mois. Nous avons alors immédiatement demandé à la ministre fédérale de coopérer à l'enquête et à la restauration de la nature. Mais nous n'avons pas reçu de réponse à ce sujet." "À ce jour, nous sommes toujours dans le noir", ajoute-t-elle mécontente. 

Parce qu'à cause d’une erreur de la Défense le gouvernement flamand va devoir débourser 5 millions d’euros, Zuhal Demir se sent obligée de mettre Ludivine Dedonder en sa qualité de ministre de la Défense en demeure pour les réparations.

Foto: Belga

Les plus consultés