Cinq suspects interpellés pour le viol à Gand d'une fille de 14 ans, qui s'est suicidée

Cinq adolescents suspectés d'avoir violé à Gand une fille de 14 ans originaire de Gavere ont été interpellés après le suicide de l'adolescente, a indiqué ce mardi le parquet de Flandre orientale, confirmant une information du journal Het Nieuwsblad. Trois mineurs ont été placés par un juge de la jeunesse et deux majeurs ont été arrêtés par un juge d'instruction. Le parquet refuse de donner davantage de détails.

Le viol s'est produit le 15 mai au cimetière Westerbegraafplaats de Gand (Flandre orientale). L'adolescente avait rendez-vous avec un ami, selon le quotidien flamand, mais quatre autres jeunes les ont finalement rejoints. Ils ont agressé et violé la victime tout en se prenant en photo, et ont ensuite diffusé les images sur les réseaux sociaux. 

Quatre jours après son viol, l'adolescente de 14 ans s'est donné la mort. Après analyse des images, la police a interpellé les cinq agresseurs présumés pour viol, attentat à la pudeur ainsi que la prise et la diffusion de photos susceptibles de constituer une atteinte à l'intégrité d'une personne, ajoute Het Nieuwsblad qui s’est entretenu aussi avec le père de la jeune victime. 

De son côté, le parquet confirme uniquement que les cinq jeunes sont suspectés de "faits s'étant produits peu avant la mort de la victime". L'enquête se poursuit. Étant donné que la victime était mineure, tout comme une partie des suspects, le parquet ne communiquera pas d'autres détails.

Les jeunes auraient entre 15 et 19 ans. Les trois mineurs ont été placés dans une institution fermée, tandis que les deux majeurs ont été arrêtés. Ils doivent comparaitre mercredi devant la Chambre du conseil. 

Toute personne ayant des idées suicidaires peut contacter la ligne d'écoute du Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123 (elle est anonyme, gratuite et disponible 24h/24). Plus d'infos sur www.preventionsuicide.be

Child Focus: “Il faut en parler "

D’après la Fondation pour enfants disparus et sexuellement exploités, le nombre de dossiers ouverts chez Child Focus qui concernent une exploitation sexuelle en ligne a augmenté de 65% depuis le début de la crise sanitaire. Niels Van Paemel de la Fondation expliquait ce mardi dans l’émission "De ochtend" (VRT) que la problématique dépasse la diffusion sur les réseaux sociaux d’images à caractère sexuel.

Les victimes d’abus sexuel en ligne ou les personnes qui voient passer des images à caractère sexuel sur les réseaux sociaux peuvent prévenir notamment Child Focus. La Fondation prend alors contact avec les entreprises de médias sociaux, pour tenter de faire retirer les images du réseau." Nous devons d’abord veiller à ce que ces images ne circulent pas. Dans le cas d’un viol, il est évident que c’est le pire qui puisse arriver. Mais quand il s’agit d’images intimes transmises par quelqu’un puis diffusées sans son accord, il faut aussi toujours garder à l’esprit la personne qui a transmis les images au départ et qui en est devenue victime", estime Van Paemel.

"Si les parents ou enseignants lui disent "c’est ta propre faute", cette personne ne voudra plus en parler. Nous devons veiller à ce qu’il ou elle trouve une personne de confiance auprès de laquelle se confier".

Moments de recueillement

La jeune adolescente a grandi dans la commune de Gavere, où elle allait à l’école. Le bourgmestre Denis Dierick est choqué par les faits. Sa femme et lui-même connaissaient bien la victime. Des moments de recueillement ont été organisés dans l’école de l’adolescente qui s’est donné la mort et ses condisciples reçoivent une assistance psychologique.

"Les enfants doivent pouvoir donner un sens à ce qui s’est passé. Nous avons demandé l’aide du Centre pour l’accompagnement des élèves et de psychologues professionnels pour répondre à leurs questions et les écouter. Il est difficile de digérer quelque chose d’aussi dramatique", indique le bourgmestre Dierick. Au moment où l’adolescente s’est suicidée, il y a deux semaines, une promenade silencieuse avait déjà été organisée par son école.

Les plus consultés